Palestine : la négociation internationale (les États et les organisations internationales)

Palestine

Les documents de référence de la négociation ouverte à Madrid sont disponibles sur de multiples adresses, tant sur les sites officiels du département de l’OLP spécialisé pour les Affaires de la négociation (http://www.nad-plo.org/) et de l’Autorité d’autonomie (http://www.pna.net/peace/) que sur celui de “Miftah” (The Palestinian Initiative for the Promotion of Global Dialogue and Democracy) (http://www.miftah.org/Documents.cfm), l'organisation animée par Hanan Ashrawi, l’ancienne porte-parole de la délégation palestinienne aux négociations bilatérales de Washington, ou celui du JMCC (Jerusalem Media and Communication Centre) (Jérusalem) (http://www.jmcc.org/peace/agreements.html). Pour des versions en arabe, l’internaute peut se rendre sur le site du Mouvement du Jihad Islamique en Palestine (http://qudsway.com/Links/derasat/Link_Documents.htm) (arabe).

Mis en place en 2002, le Middle East Quartet rassemble les Nations-unies, les États-Unis, l’Union européenne et la Russie et vise à promouvoir une ”feuille de route” pour la solution du conflit israélo-palestinien. Ses communiqués peuvent être trouvés, entre autres sites, parmi les pages du sous-secrétaire pour les Affaires politiques du US Department of State (http://www.state.gov/p/nea/rt/c9963.htm).

Israël

Le gouvernement israélien possède de longue date des sites comme ceux du gouvernement (http://www.pmo.gov.il/) (hébreu, anglais) et du ministère des Affaires étrangères (http://www.mfa.gov.il/mfa/home.asp) (anglais, arabe, russe) qui constituent d’excellentes portes d’entrée. L’ensemble des documents officiels relevant de l’actuel “processus de paix” comme les communiqués des différentes autorités le concernant y sont ainsi intégralement archivés. Dans ce domaine, les textes les plus récents sont à consulter sous l’adresse http://www.mfa.gov.il/mfa/go.asp?MFAH0egs0 à côté de documents historiques dont l’importance et le nombre transforment les archives (http://www.mfa.gov.il/mfa/go.asp?MFAH0dfs0) du ministère des Affaires étrangères en une richissime banque de données sur les relations internationales de l’État hébreu et même du Yichouv qui l’a précédé.

Intégré à l’université Ben Gurion du Néguev, le Chaim Herzog Center for Middle East Studies and Diplomacy (http://www.bgu.ac.il/chcenter/) met également en ligne de très nombreuses archives historiques sur la Palestine mandataire, Israël et ses voisins. En quête de documents en français, l'internaute se rendra sur le site de l'ambassade d'Israël en France (http://www.amb-israel.fr/). L'armée israélienne possède également un site riche d'analyses sur l'actualité (http://www.amb-israel.fr/fr/index.tpl) (hébreu, anglais, français).

États-Unis

Pour l’internaute pressé de disposer des principaux documents concernant la question palestinienne et le “processus de paix”, deux sites s’imposent. Le US State Department-Bureau of Near Eastern Affairs alimentait un site propre jusqu’au 20 janvier 2001 (http://www.state.gov/www/regions/nea/index.html et http://www.state.gov/www/current/middle_east/ishome.html) et recensait les principales déclarations du secrétaire d’État et de ses assistants mais également du président ; il offrait aussi des liens avec les notes établies pays par pays, tant de background que d’avertissement sur les menaces pesant sur les citoyens américains. Le site demeure en ligne mais n’est plus alimenté depuis le changement d’administration et il faut avoir recours pour le moment au site général du Département d’État (http://www.state.gov/index.htm). L’USIS (United States Information Service)-Israel (http://usembassy-israel.org.il/publish/peace/peace1.htm) recense également toutes ces déclarations et offre en ligne un choix important de documents de référence dans le cadre de pages regroupées sous la rubrique “The United States and the Search for Peace in the Middle East”. L’internaute en quête d’autres documents encore pourra se reporter aux archives du Département d’État géré par le DOSFAN (Department of State-Foreign Affairs Network) (http://dosfan.lib.uic.edu/ERC/index.html), fruit d’une association entre le State Department’s Bureau of Public Affairs et the University of Illinois at Chicago. Les documents du législatif sont quant à eux disponibles à travers la banque de données Thomas (http://thomas.loc.gov/). En français, on trouvera un certain nombre de documents américains sur le site de l’American Embassy-Paris (http://www.amb-usa.fr/pagefr.htm).

Pour les internautes en quête d’analyses sur la politique américaine au Moyen-Orient, le BESA (Begin-Sadat Center for Strategic Studies) de l’université Bar-Ilan de Ramat Gan (Israël), dispose d’un riche “US Middle East Policy Database” (http://www.biu.ac.il/SOC/besa/meria/us-policy/policy.htm) alimenté depuis 1980 par Barry Rubin. Le même BESA, dans le cadre de ses MERIA (Middle East Review of International Affairs) Research Guides, publie par ailleurs un fort utile "Internet Resources on American Foreign Policy" rédigé par Cameron Brown (http://meria.idc.ac.il/research-g/us-policy.html qui succède à http://www.biu.ac.il/SOC/besa/meria/research-g/us-policy.html) (le guide, rédigé en 2001, a été mis à jour en 2006).

France, Union européenne et autres

Le site de l’Union européenne (UE) (http://europa.eu.int/index-fr.htm) (multilingue) offre en ligne d’importantes archives dotées de moteurs de recherche et alimente des pages spécialisées sur “The EU’s Mediterranean and Middle East Policy“ (http://europa.eu.int/comm/external_relations/med_mideast/intro/), un thème également développé sur le “Med Mideast“ (http://www.euromed.net/eu/emp.html), ainsi qu’un portail “The EU and the Middle East Peace Process“ (http://europa.eu.int/comm/external_relations/mepp/index.htm). Le European Commission Office in the West Bank and Gaza Strip dispose par ailleurs d’un site propre (http://www.delwbg.cec.eu.int/), (anglais, arabe).

Le ministère français des Affaires étrangères (http://www.diplomatie.gouv.fr/) (français, anglais, allemand, espagnol) alimente un dossier “ Israël-territoires palestiniens ” (http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/pays-zones-geo_833/israel-territoires-palestiniens_413/index.html) (français) qui regroupe chronologie, déclarations, documents de référence, etc. Un dossier équivalent peut être trouvé sur le site du Foreign and Commonwealth Office britannique (http://www.fco.gov.uk/en/global-issues/conflict-prevention/mena/middle-east-peace-process1/) comme sur celui du ministère canadien des Affaires étrangères et du Commerce international (http://www.canadainternational.gc.ca/) (anglais, français) avec son dossier des relations bilatérales (http://www.canadainternational.gc.ca/west_bank_gaza-cisjordanie_bande_de_gaza/bilateral_relations_bilaterales/canada-wbg-cg.aspx?lang=fra) et celui sur le conflit israélo-palestinien (http://www.international.gc.ca/name-anmo/peace_process-processus_paix/canadian_policy-politique_canadienne.aspx?lang=fra). En juillet 2007, Toby Greene a rédigé pour The Middle East Review of International Affairs (MERIA) de Herzliya un très pratique “ UK Foreign Policy Research Guide ” des sites Internet (http://meria.idc.ac.il/research-g/uk.html).

Sur place, les diverses ambassades de France, dont celle à Tel-Aviv (http://www.ambafrance-il.org/), comme le Consulat général de France à Jérusalem (http://www.consulfrance-jerusalem.org/) entretiennent des sites assez riches (voir la liste de ces postes diplomatiques) (http://www.mfe.org/index.php/Annuaires/Ambassades-et-consulats-francais-a-l-etranger). De nombreuses informations sur la coopération italienne figurent sur le site du Consulat général d’Italie à Jérusalem (http://www.itcoop-jer.org/) (italien, anglais).

Intéressé par la diplomatie française, l’internaute pourra également se rendre sur le blog de Valérie Hoffenberg (http://valeriehoffenberg.wordpress.com/) (français), nommée en août 2009 par le président de la république “ représentante spéciale de la France pour la dimension économique, culturelle, commerciale, éducative et environnementale du processus de paix au Proche-Orient ”. Elle a été déchargée de son poste en 2011.

De nombreuses synthèses concernant le ”processus d’Oslo” et indépendantes des sources gouvernementales sont maintenant disponibles. Signalons la mise en ligne des documents, interviews, chronologies et commentaires de la version américaine (par Danny Setton et Tor Ben Mayor) du travail monumental de Charles Enderlin, Le rêve brisé, Shattered Dreams of Peace: The Road from Oslo (http://www.pbs.org/wgbh/pages/frontline/shows/oslo/) diffusé en 2002 par PBS, une société basée en Virginie.

Iran

Créé en 2010, le site Iranian Diplomacy (http://www.irdiplomacy.ir/en) (persan, anglais) offre d’intéressantes revues de presse et reproduit les déclarations de dirigeants de la République islamique.

Les organisations internationales

L’ONU, à travers ses diverses agences et structures, consacre de très nombreux sites à la Palestine et la page du UNDPA (United Nations, Department of Political Affairs) sur “la question de Palestine” (http://www.un.org/Depts/dpa/qpal/) constitue sans doute le meilleur point de départ. Le moteur de recherche mis en place par le UNISPAL (United Nations Information System on the Question of Palestine) (http://domino.un.org/UNISPAl.NSF?OpenDatabase) permet quant à lui d’exploiter la gigantesque banque de données que constituent les documents de l’ONU (et de la Société des Nations son prédécesseur). L’internaute exclusivement francophone aura recours aux pages rédigées en français (http://www.un.org/french/), étant entendu que le moteur général accepte la mention de la langue dans ses critères de recherche. Le PAPP (Programme of Assistance to the Palestinian People) qui relève du UNDP (United Nation’s Development Programme) (http://www.papp.undp.org/index.html) dispose également d’un site sur lequel on trouvera de l’information sur ses activités en Cisjordanie et dans la bande de Gaza ainsi que des données chiffrées sur la santé, l'environnement, l'évolution démographique, etc. Le site de l’UNSCO (United Nations, Office of the Special Coordinator in the Occupied Territories) (http://www.arts.mcgill.ca/mepp /unsco/unfront.html), hébergé par l’université McGill, outre ses très appréciables annuaires d’ONG et de donateurs, offre plusieurs études économiques dont un Report on Economic and Social Conditions in the West Bank and Gaza Strip périodique. L’OCHA (Office for the Coordination of Humanitarian Affairs) (http://www.ochaopt.org/ qui succède en 2006 à http://www.humanitarianinfo.org/opt/) (anglais, arabe, hébreu), la branche humanitaire du secrétariat général de l’ONU en charge de la coordination de l’aide, enfin, dispose d’un portail consacré à ses activités en Palestine (son bureau y a été créé en 2000) sur lequel l’internaute trouvera de nombreux rapports sur la situation humanitaire, les effets du blocus, du Mur, etc. La banque mondiale (http://web.worldbank.org/), enfin, alimente un portail West Bank and Gaza (http://www.worldbank.org/ps/) de ses très nombreux et riches rapports périodiques sur la situation économique et sociale des territoires palestiniens.

L’Organisation de la Conférence islamique (http://www.bma-alqods.org/) offre sur son site (arabe, anglais, français) à la fois ses résolutions et des informations sur ses divers organes (Comité Al-Qods, la banque Bayt Mal Al-Qods Al-Sharif, etc.) mais également une revue de presse hebdomadaire donnant large place aux affaires palestiniennes (archivée depuis janvier 1999).

La Ligue des États arabes (http://www.arableagueonline.org/arableague/index_en.jsp) (arabe, anglais), enfin, a créé un site en 2001 qui comprend des archives documentaires. Pour compléter ses informations, l’internaute aura recours aux pages du MTCG (Management & Technology Consulting Group) qui gère depuis Beyrouth “Arabji”, un site à vocation panarabe (http://www.arabji.com/ArabGovt/ArabLeague.htm) (anglais, arabe). Rappelons que l’encyclopédie Muqâtil min Al-Sahrâ’, cette base de données placée sous l’égide du prince saoudien Khâlid Ibn Sultân (http://www.muqatel.com/) (arabe), met en ligne l’ensemble des résolutions de l’organe panarabe.

L’initiative de Genève

Le 12 octobre 2003, Yâsir ‘Abd Rabbuh, côté palestinien, et Yossi Beilin, côté israélien, tous deux anciens ministres et négociateurs officiels, révèlent l’existence d’une ébauche d’accord définitif sur le conflit israélo-palestinien basé sur les résultats des sommets de Camp David (été 2000) et de Taba (hiver 2000-2001). Le Geneva Initiative (Mubâdarat Geneve) (http://www.geneva-initiative.net\) (anglais, arabe) fait figure de site officiel de la partie palestinienne quand Heskem (http://www.heskem.org.il/) (hébreu, anglais, russe) est issu de la partie israélienne. Le Genfer Initiative forum (http://www.genfer-initiative.de/) (allemand) fonctionne quant à lui depuis Munich. Tous ces sites mettent en ligne le document lui-même, les communiqués de presse, etc. Une version française (http://www.heskem.org.il/word/Genve%20FRz%20FINAL.rtf) se trouve sur le site israélien.

En Palestine, la PPC (Palestinian Peace Coalition, Tahâluf al-Salâm al-Filastînî) (http://www.ppc.org.ps qui succède à http://www.palestinepeace.org/), fondée en janvier 2002, se charge de diffuser les principes du document et publie al-Tarîq (Attareek to Independence and Peace) (http://www.attareek.org\index.html) (arabe). Le Meretz USA (http://www.meretzusa.org/) alimente un dossier depuis les États-Unis.

Le retrait unilatéral de Gaza (2005)

L’ensemble des positions officielles de l’Autorité palestinienne comme de nombreux documents internationaux peuvent être trouvés sur des pages dédiées du State Information Service palestinien, Unilateral Israeli Withdrawal (http://withdraw.sis.gov.ps/english/english.html) (anglais, arabe). Les documents officiels israéliens sont quant à eux disponibles dans le dossier Israel's Disengagement Plan: Selected Documents (http://www.mfa.gov.il/MFA/Peace+Process/Guide+to+the+Peace +Process/Israeli+Disengagement+Plan+20-Jan-2005.htm) du ministère israélien des Affaires étrangères.

Plusieurs rapports se sont intéressés au domaine économique. A la demande de l’Autorité palestinienne, du gouvernement d’Israël et de la communauté internationale, la Banque mondiale a été chargé d’étudier l’impact potentiel du désengagement sur l’économie palestinienne. Son rapport, “Disengagement, the Palestinian Economy and the Settlements” (http://lnweb18.worldbank.org/mna/mena.nsf/Attachments/Disengagement+Paper/$File/Disengagement+Paper.pdf), a été publié en juin 2004. A l’initiative de Gilbert Benhayoun, professeur d'économie à l'Université Paul Cézanne d'Aix-Marseille, et en coopération avec le ministère palestinien de l’Économie et le Centre Pérès pour la paix, le Groupe d’Aix a publié en janvier 2004 une “Feuille de route économique. Une perspective israélo-palestinienne sur le statut permanent“ (http://www.aixgroup.u-3mrs.fr/pdf/French_Economic_Roadmap.pdf) (français avec des versions en anglais, hébreu et arabe) qui “présente un ensemble de recommandations sur ce que devraient être les relations économiques futures, dans le cadre de deux états indépendants vivant en paix et dans le respect mutuel“. Le texte est suivi en mai 2005 d’un “Between Disengagement and the Economic Road Map“ (http://www.aixgroup.u-3mrs.fr/pdf/English_Disengagement_Paper.pdf).

Dans le domaine politique, l’espagnol Toledo International Centre for Peace, à l’initiative de l’ancien ministre israélien des Affaires étrangères Shlomo Ben-Ami, a réuni un ensemble d’experts israéliens, palestiniens et internationaux dont le travail, A proposal for governance of the Gaza Strip in the context of the announced Israeli withdrawal (http://www.toledopeace.org/i/contenido.cfm?id_seccion=2111&id_seccion_padre=21&id_c=2&programa=6&proyecto=16),a été publié en novembre 2004.

L’International Crisis Group, pour sa part, un think tank principalement américain basé à Bruxelles, s’est plutôt intéressé aux colons installés à Gaza dans son rapport de juillet 2005, Disengagement and Its Discontents: What Will the Israeli Settlers Do? (http://www.crisisgroup.org/home/index.cfm?id=3550&l=1).

Les partisans de l’État binational et autres alternatives

Le meilleur point de départ, sans doute, vers les sites des organisations qui, contre le partage de la Palestine en deux États, défendent l’idée de l’État binational est le One state.org (http://www.one-state.org/), une campagne de mobilisation par Internet lancée depuis Londres fin 2002 sur un site enregistré par Mortaza Sahibzada de l’Imperial College. Articles, livres, études, groupes et sites Internet y sont richement répertoriés ; le site s’affiche comme “ temporairement indisponible ” à partir d’avril 2005.

Fondé par Nasser Abufarha à Madison (Wisconsin) en 2001 ( ?), l’APA (Alternative Palestinian Agenda) (http://www.ap-agenda.org/), partant de l’affirmation selon laquelle Palestiniens et israéliens font partie intégrante de la Palestine historique propose la création de deux États membres d’une union fédérale dont la capitale, Jérusalem, constituerait une entité à part ; la configuration territoriale de chacun des deux États se ferait selon les majorités de l’une ou l’autre population actuellement présentes.

Depuis le printemps 2007, l’Association for One Democratic State in Palestine/Israel (http://www.odspi.org/) dont le siège est à Genève met en ligne sa vision de la solution du conflit et offre un forum et une revue de presse encore réduite fin 2007.

Également depuis le printemps 2007, The One Democratic State Group Towards A Secular Democratic State (http://www.palfirst.org/) (anglais, arabe) créé par des militants palestiniens dispose d’un site baptisé “Palestine First - First Palestinian Youth Lobby (PYDP) “ enregistré depuis Le Caire qui met en ligne ses positions, une revue de presse et offre un forum.

  • Palestine
  • Israël
  • États-Unis
  • France, Union européenne et autres
  • Iran
  • Les organisations internationales
  • L’initiative de Genève
  • Le retrait unilatéral de Gaza (2005)
  • Les partisans de l’Etat binational et autres alternatives