Guide du Liban-sur-Web Édition du 13 décembre 2010


La société civile : sortir du communautarisme

L'État libanais communautaire de l'après-guerre se caractérise par l'absence d'une autorité supérieure, et par le refus d'une prééminence communautaire. Aucune autorité libanaise n'est plus en mesure de réguler la compétition communautaire. Plutôt que la volonté de vivre ensemble, qui fonde la démocratie de consensus helvétique, les communautés libanaises partagent un devoir de vivre ensemble que les pères fondateurs libanais appellent démocratie consensuelle ou confessionnelle.

Le blocage de la vie politique, sociale et économique atteint aujourd'hui un point de non-retour. Le Liban connait une communautarisation très forte et un risque de plus en plus probable d'embrasement, la crise économique aidant à mettre en péril la paix sociale. Malgré ce constat négatif, la société libanaise commence à s’organiser pour essayer de transformer son modèle communautaire en société civile. L’enjeu de l’information est très important dans cette quête. Malgré l’emprise des médias communautaires qui ont aussi investi la toile avec leurs propres sites Internet, plusieurs initiatives privées ont permis le développement de sites Internet d’information, d’observatoires, et d’associations, sans oublier des blogs.

Les sites Internet d’information

Trois sites Internet ont retenu notre attention : Lebanon Times (http://www.lebanonpress.com/) est un portail d’information de langue anglaise diffusant une information brute qui couvre le Liban et le Proche-Orient. Diffusé par World News Network, il a l’originalité de ne pas prendre parti sur la politique libanaise. Quant à Libnan News (http://www.libnanews.com/), il est créé par un franco-libanais basé à Paris. La diversité des opinions publiées sur ce portail est une réponse alternative à la domination des médias des partis. Enfin le site arabophone Chifaf (http://www.metransparent.com/), créé par un ensemble d’intellectuels arabes, est une plateforme libre dont l’objectif principal est la promotion de la laïcité au Liban et dans le monde arabe

Les observatoires

Une autre initiative civile est celle des observatoires de la vie sociale et médiatique : plusieurs associations ont été créées ces dernières années pour promouvoir la paix civile et la défense des droits de l’homme. La Fondation Libanaise pour la Paix Civile Permanente (http://kleudge.com/flpcp/) œuvre depuis le début des années 1990 pour une réforme électorale et pour un dialogue entre les communautés. C’est l’objectif aussi du Mouvement Social (http://www.mouvementsocial.org/index.aspx) qui opère sur tout le territoire libanais pour bâtir une société plus juste et plus humaine.

Les associations

Le monde associatif libanais, se détournant de plus en plus de la chose politique, s’est investi dans des actions sociales, notamment dans la défense des droits humains et le soutien aux populations défavorisées. C’est dans ce cadre qu’ont été créés le Centre de démocratie et des règles de droits (http://www.cggl.org) et l’Association libanaise des droits de l’homme (http://www.aldhom.org).

La mainmise confessionnelle sur l’action politique n’a pas pour autant empêché le développement de plusieurs actions pour promouvoir les idées de laïcité, de liberté d’expression et de bonne gouvernance. L’organisation non gouvernementale Smex (http://www.smex.org), créée en 2008, est très active au Liban dans le domaine de la gouvernance et dans la défense de la liberté d’expression. Deux autres associations contribuent à la promotion des idées de la laïcité et du vivre ensemble. La première, Pour que le Liban Vive (http://www.pourquelelibanvive.com/modules/alaune/), créée par plusieurs Libanais résidant à Paris, organise des débats sur la réforme du système libanais, tandis que la seconde, la Laïcité (http://www.alalmana.com/), est un forum créé au Liban sous forme d’échanges sur l’idée de la laïcité avec pour objectif la création d’un mouvement politique. Enfin, plusieurs observatoires de la liberté de la presse ont vu le jour ces dernières années, dont le plus visible est Menassat (http://www.menassat.com/), une initiative du ministère hollandais des Affaires étrangères, devenu un observatoire des médias libanais et arabe contribuant à la promotion d’une presse libre dans la région.

Les blogs

Les nouvelles technologies d’information et de communication ont permis le développement de blogs qui sont devenus des lieux virtuels d’expression indépendante. Beaucoup de Libanais ont créé des blogs pour exprimer une idée ou décrire une action entreprise au niveau individuel ou collectif. La ligne éditoriale des blogs libanais reflète la plupart du temps la polarisation du pays et la communautarisation de la société. Nombre de blogs tenus par des Libanais ont été le fruit d’un événement particulier, comme l’assassinat de Rafic Hariri ou la guerre de juillet 2006, et par conséquent ne sont plus mis à jour.

Nous avons choisi de citer quatre blogs qui sont les plus actifs dans leur traitement de l’actualité du Liban. Joseph Abou Khalil, professeur de sciences politiques dans une université américaine, analyse dans son blog Arabe en colère (http://angryarab.blogspot.com/) l’actualité libanaise en critiquant sévèrement la coalition du 14 Mars. Bechir Obary décortique dans un excellent style l’actualité politique libanaise en critiquant habilement majorité et opposition dans son blog Heuristiques Libanaises (http://heuristiques.blogspot.com/). Quant à Pamela Chrabieh Badine (http://www.pchrabieh.blogspot.com/), professeur d’université, elle publie sur son blog ses recherches sur l’actualité libanaises. Enfin, l’ancien responsable du monde arabo-musulman au service diplomatique de l’AFP propose sur son blog  René Naba (http://www.renenaba.com/) une analyse détaillée sur fond historique tout en critiquant, parfois violemment, les partisans de la politique américaine dans la région.




Les sites Internet d’information

Les observatoires

Les associations

Les blogs