Fanny Lafourcade, Guide d’Irak-sur-Web Deuxième édition (26 novembre 2006)


Irak : les institutions gouvernementales et les sites officiels

Le gouvernement et les administrations centrales

En arrivant en Irak en 2003, les Etats-Unis ont mis en place un vaste projet de refonte des institutions irakiennes. Les programmes de capacity building (litt. "renforcement de capacité") mis en place par l’administration américaine en Irak, la Sultat al-I’tilâf al-Mu’aqqata (Autorité provisoire de la coalition, Coalition Provisional Authority) (http://www.cpa-iraq.org/) (anglais, arabe), puis par l'ambassade américaine, incluent toujours la construction, pour chaque administration, d'un portail Web. Les nouvelles institutions irakiennes sont ainsi très bien représentées sur le Web.

En ce qui concerne les institutions politiques, le Majlis al-Hukum (Conseil de gouvernement irakien, Iraqi Governing Council) est créé en juillet 2003, puis un premier gouvernement provisoire en septembre 2003. Le 28 juin 2004, un « transfert de souveraineté » est organisé entre l'Autorité provisoire de la coalition et un nouveau gouvernement provisoire, l'al-Hukûma al-'Irâqiyya al-Intiqâliyya (gouvernement irakien intérimaire, Interim Iraqi Governement) est nommé, avec Iyâd ‘Allâwî à sa tête ; Ghazî al-Yawâr est nommé président de la république.

En août 2004, en pleine crise de Najaf (les partisans de Muqtada al-Sadr occupent le mausolée de l’imam ‘Alî), le Majlis al-Watanî al-Mu’aqqat (Conseil national irakien provisoire, Interim Iraqi National Council) (http://www.council-iraqi.com/) (arabe, kurde, anglais) se réunit dans la "zone verte" - cet immense périmètre sécurisé au cœur de Bagdad qui correspond à l'ancien complexe présidentiel - à Bagdad. Composée de 1 000 personnes, cette assemblée intérimaire doit contrôler l’action du gouvernement ‘Allâwî ; les dissensions au sujet de la crise de Najaf la minent de l’intérieur et l’assemblée clôt sa session sans avoir pu prendre de mesure concrète. En janvier 2005, une Jam’iyya al-Wataniyya al-Intiqâliyya (Assemblée nationale transitoire, Transitional National Assembly) est élue ; elle est chargée de rédiger une nouvelle constitution de l’Irak ; cette constitution est adoptée par référendum le 15 octobre 2005. En avril 2005, l'Assemblée nationale transitoire nomme Ibrâhîm al-Ja’farî Premier ministre,
tandis que Jalâl Tâlabânî obtient la présidence de la république (http://www.iraqipresidency.net/index.php?language=arabic) (arabe, kurde).
Le 15 décembre 2005, de nouvelles élections nationales ont lieu et une Jam'iyya al-Wataniyya al-‘Irâqiyya (Assemblée nationale irakienne, Iraqi National Assembly) (http://www.na-iraqi.com/) (arabe, kurde, anglais) est élue.

 

Le processus de transition est officiellement clôt quand un gouvernement est nommé par l’assemblée nationale, al-Hukûma al-‘Irâqiyya (the Iraqi governement) (http://www.iraqigovernment.org/) (arabe, anglais) (whois) ; le premier ministre est Nûrî al-Malikî. Jalâl Tâlabânî est reconduit dans ses fonctions de président de la république.

Les ministères, qui ont pratiquement tous été pillés puis brûlés dans les jours qui ont suivi la chute du régime de Saddam Hussein (à l’exception du ministère du P étrole), ont également été totalement transformés. Souvent situés dans de nouveaux bâtimentsà l’intérieur de la "zone verte", ils ont aussi été "débaasifiés" et réformés :

le ministère des Affaires étrangères (http://iraqmofa.net/index.aspx) (arabe, anglais) ;
le ministère de l’Education supérieure et de la Recherche scientifique (http://www.moheiraq.org/) (arabe) ;
le ministère de l’Education (http://www.moediraq.com/) (site en construction) ;
le ministère du Pétrole (http://www.uruklink.net/oil/) (anglais, arabe) ;
le ministère de la Construction et du Logement (http://www.uruklink.net/moch/) (arabe, anglais) ;
le ministère du Commerce (http://www.motiraq.org/) (anglais, arabe);
le ministère de l'Industrie et des Minéraux (http://www.iraqiindustry.com/) (anglais, arabe);
le ministère des Ressources en eau (http://www.iraqi-mwr.org/payv) (arabe);
le ministère de la Défense (http://www.iraqiarmedforces.org/) ;
le ministère de l'Electricité (http://www.iraqelectric.org/) (anglais, arabe);
le ministère de la Culture (http://www.cultureiraq.org/) (arabe);
le ministère de la Santé (http://www.healthiraq.org/) (anglais, arabe);
le ministère des Communications (http://www.iraqimoc.net/) (arabe, anglais).

Certains ont été créés ex nihilo en 2003-2004 :

le ministère des Droits de l'homme (http://www.iraqi-mohr.org/) (anglais, arabe, kurde) ;
le ministère des Déplacés et des Migrants (http://www.iraqi-modm.org/) (arabe, anglais).

D’autre part, de nouveaux services de sécurité sont créés après la dissolution de l’armée et des différents services de sécurité irakiens, et notamment un nouveau service de renseignement  : al-Jihâz al-Mukhabarât al-Watânî al-‘Irâqî (the Iraqi National Intelligence Service ou INIS) (http://www.inisiraq.com/) (arabe, anglais). Un Tribunal spécial irakien (http://www.iraqispecialtribunal.org/en/home.htm) est chargé de juger les crimes de l’ancien régime; la Commission pour la réclamation des propriétés (Iraqi Property Claims Commission) (http://ipcciraq.org/) (arabe, anglais) doit permettre aux personnes victimes d’expropriation sous l’ancien régime de recevoir des compensations pour la perte de leurs biens.

La Mufawwadiyya al-'Ulyâ al-Mustaqilla li-l-Intikhâbât fî-l-'Irâq (la Commission Electorale Indépendante en Irak, the Independent Electoral Commission in Iraq ou IECI en anglais) (http://www.ieciraq.org/Arabic/Frameset_Arabic.php) (arabe, anglais) est chargée, en collaboration avec les Nations-Unies, de superviser le déroulement des élections. Elle a des antennes dans les endroits où il y a une communauté irakienne significative  : aux Etats-Unis à Washington DC (http://www.iraqvote.org/) (anglais), en Grande-Bretagne (http://www.iraqocv.org.uk/) (anglais, arabe, kurde), aux Pays-Bas (http://www.ocvnl.com/) (arabe, anglais).

 

Enfin, l'ambassade d'Irak aux Etats-Unis (http://www.iraqiembassy.org/) (anglais) est rouverte.

 

De nouvelles institutions économiques sont également créées dans l’Irak post-2003, notamment une Banque centrale irakienne (http://www.cbiraq.org/) (arabe, anglais), et une bourse irakienne (http://www.isx-iq.net/) (arabe, anglais) ; elles visent à créer une économie de marché en Irak.

 

Les institutions régionales et provinciales

Les institutions régionales et provinciales irakiennes sont peu représentées sur la toile. Seules quelques institutions kurdes ont un site Web.

Le Gouvernement régional du Kurdistan (http://www.krg.org/) (anglais, arabe, kurde) est unifié depuis mai 2006 ; le cabinet représente désormais l’équilibre des forces politiques dans la région kurde (jusque-là l’Union patriotique du Kurdistan avait une administration à Sulaymaniyya et le Parti démocratique du Kurdistan une administration à Erbil). Le site Web de l’Assemblée nationale du Kurdistan (http://www.geocities.com/CapitolHill/Congress/1154/) (anglais), quant à lui, n’est pas actualisé depuis les années 1990 et donne une domiciliation aux Etats-Unis. Seuls deux ministères du gouvernement régional du Kurdistan sont présents sur la toile  : il s’agit du ministère kurde de la Jeunesse et des Sports (http://www.mosy-krg.org/) (anglais, arabe, kurde) et du ministère kurde des Affaires extra-régionales (http://www.moera-krg.org/) (anglais, arabe, kurde).

 

Les universités

La plupart des universités irakiennes ont un site Web :

l’université de Salah al-Dîn à Erbil (http://www.usalah.org/) (anglais, kurde);
l’université de Sulaymaniyya (http://www.univsul.com/) (kurde);

l’université de Dohuk (http://www.dohukuni.net/index.php) (anglais) dont les étudiants du département d'anglais publie un journal, disponible en ligne : le "Sun Shine" (http://www.dohukuni.net/index2.php?p=sunshine/sunshine&m=menu) (anglais) ;

l’université Ahl-ul-Bayt (http://www.ahlulbaitonline.com/) (arabe);
l’université al-Qadisiyya (http://www.alqadisiyauniv.com/) (arabe); le site est très rudimentaire et donne simplement les coordonnées de l'université;
l’université de Basra (http://www.basrahuniv.com/) (arabe);
l’université de Bagdad (http://www.univofbaghdad.com/) (anglais, arabe);
 l’université de Diyâla (http://www.diyalauniv-iq.net/) (arabe) ;
l’université de Karbalâ’ (http://www.kerbala-uni.org/) (arabe, anglais), qui publie
une revue universitaire, le "Journal of Kerbala University" (http://www.kerbala-uni.org/magazinen.html) (anglais), dont les objectifs sont exposés en ligne ainsi que les coordonnées des responsables.
l’université de Kûfa (http://www.kufa-university.net/) (anglais) ;
l’université de Bâbil (http://www.babylon-uni.com/) (arabe, anglais) ;
l’université de Mossoul (http://www.mosulnet.com/mosul%20university/) (arabe).

 



Le gouvernement et les administrations centrales

Les institutions régionales et provinciales

Les universités