Fanny Lafourcade, Guide d’Irak-sur-Web Deuxième édition (26 novembre 2006)


Irak : les forces de l’insurrection

Pour les groupes de l'insurrection armée, Internet est un outil de communication essentiel. De nombreux documents de propagande sont ainsi disponibles sur le Web, alors qu'une partie des actions sont revendiquées sur la toile. Certaines analyses de grande qualité sont ainsi tirées du matériau disponible sur Internet, comme le rapport du think tank et groupe de pression de tendance démocrate International Crisis Group (http://www.crisisgroup.org/home/index.cfm?l=2) (anglais), "In their Own Words : Reading the Iraqi Insurgency" (http://www.crisisgroup.org/home/index.cfm?id=3953&l=2) (anglais), Middle East Report n°50, 15 février 2006. Le site Global Security (http://www.globalsecurity.org/) (anglais) propose également un dossier très complet sur l'insurrection armée : "Iraqi Insurgency Groups" (http://www.globalsecurity.org/military/ops/iraq_insurgency.htm) (anglais). La page "Iraq" (http://www.tkb.org/Category.jsp?catID=192) (anglais) du Memorial Institute for the Prevention of Terrorism (http://www.mipt.org/) (anglais) propose aussi un listing des groupes armés.

Comme ces études le soulignent, et comme c'est le cas pour les différents acteurs politiques irakiens de manière générale, il est nécessaire de confronter les ressources tirées d'Internet avec la réalité du terrain. Etant donné le caractère clandestin de la plupart des groupes évoqués ci-dessous, Internet n'offre qu'une vision partielle de la réalité.

Les groupes armés

L'International Crisis Group, (ICG) dans "In their Own Words : Reading the Iraqi Insurgency" (http://www.crisisgroup.org/home/index.cfm?id=3953&l=2) (anglais), remarque que le Web est plus qu'un outil de communication parmi d'autres pour les groupes armés irakiens. Le Web serait en réalité le seul moyen, car le moins à même de dévoiler leur location et leur identité, à la disposition de ces groupes pour inciter de nouvelles recrues à les rejoindre et pour communiquer avec les autres groupes armés. Le Web est aussi un moyen de diffuser la connaissance technique, et la teneur est souvent didactique : comment fabriquer une bombe, quel est le meilleur moyen de piéger les forces de la coalition, etc. L'analyse de la propagande des groupes armés révèle l'existence de groupes puissants, bien coordonnés, au sein desquels la présence de combattants étrangers est marginale. Soucieux de leur image, leur discours s'adapte continuellement aux évènements politiques en Irak.

Tanzîm al-Qâ'ida fî-Bilâd al-Râfidayn (litt. "l'organisation d'al-Qaida dans le pays des deux fleuves", ou le réseau Zarqâwî, al-Zarqawi Network)

Tanzîm al-Qâ'ida fî-Bilâd al-Râfidayn est la branche irakienne d'al-Qâ'ida. Le groupe déclare être composé de 15 Katâ'ib (brigades) de 100 à 300 hommes chacune, dont une entièrement composée d'Irakiens. Largement influencé par la personnalité de son fondateur, Abû Mus'ab al-Zarqâwî, ennemi n°1 des Etats-Unis en Irak, le groupe a revendiqué de nombreuses actions violentes (attentats suicides, etc.). Profondément salafiste, il fait partie des groupes les plus radicaux de l'insurrection irakienne (notamment car les civils sont délibérément visés par ses actions).

Il publie deux journaux : "Siyar A'lam al-Chuhadâ’" ("Les Biographies des Grands Martyrs") et "Sawt al-Jihâd" ("La Voix du Jihâd"). ICG a recensé deux sites mais ceux-ci sont actuellement fermés et celui-ci communique aujourd'hui via des listes de distribution restreintes.

Jaych Ansâr al-Sunna (l'Armée des Partisans de la Sunna)

Jaych Ansâr al-Sunna est issu du groupe Jaych Ansâr al-Islâm (l'Armée des Partisans de l'Islam), autrefois basé au Kurdistan et aujourd'hui disparu. Il affirme avoir au moins 16 Katâ'ib (brigades) de plusieurs dizaines (voire de quelques centaines) de membres et adopte des positions tout aussi radicales que Tanzîm al-Qâ'ida.

ICG a recensé un site Web mais celui-ci a été fermé en novembre 2005 et le groupe communique actuellement via des listes de distribution restreintes et des chat rooms confidentielles. Il publie mensuellement des compilations des communiqués de son aile militaire : "Hasad al-Mujâhidîn" ("La Moisson des Moudjahidin") et "al-Ansâr" ("les Partisans").

Al-Jaych al-Islâmî fî-l-'Irâq (l'Armée Islamique en Irak, the Islamic Army in Iraq)

Al-Jaych al-Islâmî fî-l-'Irâq (http://www.iaisite.net/) (arabe) (whois) déclare avoir 13 Katâ'ib (brigades) de plusieurs dizaines (voire de quelques centaines) de membres; le ton adopté est nettement plus nationaliste que les deux groupes précédents. Il publie un mensuel, "al-Fursân" ("Les Cavaliers").

Al-Jabha al-Islâmiyya li-l-Muqâwama al-'Irâqiyya (le Front Islamique de la Résistance Irakienne, the Islamic Front of Iraqi Resistance)


Al-Jabha al-Islâmiyya li-l-Muqâwama al-'Irâqiyya (http://www.jaami.com/jm/) (arabe) (whois) a un site Web très complet et publie un mensuel aux accents très nationalistes et teinté de salafisme, "al-Jâmi'" ("La mosquée"), dont le titre correspond aux initiales du groupe. Son aile militaire est constituée de Katâ'ib Salâh-al-Dîn al-Ayyûbî (Brigades Salah al-Din al-Ayyubi).




Jaych al-Mujâhidîn (l'Armée des Moudjahidines)

 

Jaych al-Mujâhidîn (http://www.jaishalmugahideen.net/) (arabe) (whois) publie régulièrement communiqués, vidéos et photos des actions menées par le groupe. Son discours mêle nationalisme irakien et salafisme.


Jaych al-Râchidîn (l'Armée des quatre premiers Califes)

Jaych al-Râchidîn (http://www.alrashedeen.net/) (arabe) (whois) a ouvert récemment un site Web ; le groupe aurait six Katâ'ib (brigades) de plusieurs dizaines (voire de quelques centaines) de membres. Comme pour la plupart des groupes, Jaych al-Rachidîn se définit comme islamiste et nationaliste irakien.

Les autres groupes

Les autres groupes, qui sont nombreux mais dont les outils de communication sont moins stables et sophistiqués, publient souvent des communiqués via les chat rooms, ou bien sont relayés de manière ponctuelle par les sites de soutien à l'insurrection (voir plus bas). Il s'agit par exemple du Jaych al-Tâ'ifa al-Mansûra (l'Armée de la Communauté Victorieuse), de la Harakat al-Muqâwama al-Islâmiyya fî-l-'Irâq (le Mouvement de la Résistance islamique en Irak) - rejoint récemment par les Katâ'ib Thawrat al-‘Ichrîn (les Brigades de la Révolution de 1920) qui sont devenues son aile militaire - et de Jaych Muhammad (l'Armée de Muhammad).

Les sites de soutien à l'insurrection irakienne

D'autres sites se font le relais de l'insurrection irakienne. Comme le remarque ICG, ils sont peu consultés en Irak et visent plutôt un public étranger (occidental ou arabe/musulman à des fins de recrutement). La tonalité de ces sites est de plusieurs types. D'un côté, le soutien se fait sur les bases de la sensibilité islamiste (Mufakkirat al-Islâm), du nationalisme arabe (al-Basrah, Iraq Patrol). Certains sites affichent même clairement leurs sympathies baasistes (al-Moharer, al-Tahalluf al-Watanî al-'Irâqî, les Amitiés franco-irakiennes). D'autres enfin se rattachent à des réseaux de l'ultra-gauche (Iraq resistance, Uruknet).

Mufakkirat al-Islâm (l'agenda de l'islam)

"Mufakkirat al-Islâm" (http://www.islammemo.cc/) (arabe), dont le whois révèle que le site est domicilié en Arabie Saoudite, se fait régulièrement l'écho des mouvements de l'insurrection irakienne. Le site a des correspondants dans tous les points "chauds" et publie des interviews et articles de fond sur la question.

Al-Basrah



"Al Basrah" (http://www.albasrah.net/) (arabe, anglais) (whois) est domicilié à Gaza mais son adresse IP est aux Pays-Bas. Le site relaie des communiqués de groupes, et l'internaute y trouvera également des photos et des vidéos des victimes civiles de l'armée américaine et des actions de l'insurrection irakienne.

Dawriyyat al-'Irâq (la Patrouille Irakienne, Iraq Patrol)

"Dawriyyat al-'Irâq" (http://www.iraqpatrol.com/index.php) (arabe, anglais) (whois) est domicilié au Caire mais son adresse IP est aux Etats-Unis. Le site publie surtout des photos et vidéos des actions de l'insurrection, ainsi que des articles d'opinion sur la question.



Al-Ba'th al-'Arabî (la Renaissance arabe)

Al-Ba'th al-'Arabî (http://www.albaathalarabi.org/) (arabe) a été suspendu ou fermé depuis le début de l'année 2006. Le parti Baas a été au pouvoir en Irak jusqu'en 2003.

Al-Moharer (le rédacteur, mais aussi le libéré)

Al-Moharer (http://www.al-moharer.net/) (arabe, anglais, français) (whois) relaie articles de presse en faveur de l'insurrection et contre l'occupation, documents et communiqués. Son whois ne précise pas la domiciliation du site.



Al-Tahalluf al-Watanî al-'Irâqî

La page "Al-Tahalluf al-Watanî al-'Irâqî" (l'Alliance Patriotique Irakienne) (http://www.iraq-ipa.com/) (arabe) (whois), bien que prometteur, n'est en réalité qu'une coquille vide puisque aucun des liens n'est actif. Un autre site uniquement en anglais, "Iraq Patriotic Alliance" (http://home.zonnet.nl/patrioticalliance/) (anglais), porte le même nom.

Les Amitiés franco-irakiennes

Les Amitiés franco-irakiennes (http://www.iraqtual.com/) (français) relaient certains messages de l'insurrection ainsi que des coupures de presse. Le Secrétaire Général des Amitiés, Gilles Munier, auteur d'un Guide de l'Irak, est connu pour ses sympathies baasistes. L'association publie régulièrement un journal en ligne, France Irak Actualités, disponible directement sur la page d'accueil du site.


Iraq Resistance

Le whois du site "Iraq Resistance" (http://www.iraqresistance.net/) (français, anglais, arabe, espagnol) (whois) révèle qu'il appartient au réseau Voltaire et la page d'accueil est directement en français. Association française créée en 1994 pour animer une campagne en faveur de la liberté d'expression, le réseau Voltaire a évolué rapidement vers des positions d'ultra-gauche. Il prend régulièrement le contre-pied des grands médias et adopte une approche largement anti-bush. Au moment des attentats du 11 septembre 2001, son président, Thierry Meyssan, a soutenu qu'une faction du "complexe militaro-industriel états-unien" en était à l'origine. L'insurrection irakienne est nommée "résistance irakienne" et le gouvernement irakien "gouvernement de collaboration". L'enlèvement des journalistes français Chesnot et Malbrunot serait le fait des autorités américaines.



Uruknet

Le site "Uruknet" (http://www.uruknet.info/) (italien, anglais, arabe) (whois) est domicilié à Rome en Italie. Le site a été créé pour donner une "couverture non-biaisée de l'Irak occupé et de sa résistance active" et fait appel à des "traducteurs expérimentés" pour alimenter le site.



Les chat rooms

Certains forums de discussion ou chat rooms sont des moyens de communication importants pour les groupes armés irakiens et leurs sympathisants. Ils peuvent donc être des sources précieuses d'informations, même si le caractère informel de ces innombrables sites rend leur lisibilité très difficile. Les internautes pourront prendre comme base de départ le site Internet Haganah (http://www.haganah.org.il/haganah/) (anglais) - site pro-israélien qui se propose de décortiquer l'"usage d'Internet par les organisations terroristes" – qui fournit dans sa page "Salafyist Forum" (http://www.haganah.org.il/hmedia/25jan06-salafy_forums.html) (anglais) une liste des chat rooms les plus en vogue dans la communauté islamiste on-line.



Les groupes armés

Les sites de soutien à l'insurrection irakienne

Les chat rooms