Fanny Lafourcade, Guide d’Irak-sur-Web Deuxième édition (26 novembre 2006)


Guide d’Irak-sur-Web



Fanny Lafourcade

Doctorante Centre d’Études et de Recherches Internationales (CERI) de Sciences Po - Paris



Internet est un phénomène récent en Irak. Le défunt régime baasiste y voyait, en effet, comme on peut aisément l'imaginer, un vecteur dangereux d'idées subversives. Introduit en 2000, il est resté durant les premiers temps inaccessibles à la grande majorité des Irakiens tant l'abonnement était onéreux. Quelques cafés Internet permettaient néanmoins de se connecter, mais l'accès à la toile y était largement contrôlé. Plus tard, les individus pouvaient obtenir un accès au mail de chez eux, moyennant un abonnement assez cher là encore.

À la chute du régime baasiste, Internet a connu un développement massif. En raison du mauvais état du réseau téléphonique endommagé par la guerre, les nouveaux cafés Internet qui se multipliaient dans les rues de la capitale et dans les grands hôtels disposaient de connexions satellitaires. Les clients de ces cafés étaient dans leur écrasante majorité les étrangers vivant en Irak - travailleurs humanitaires, contractants et gardes du corps des compagnies de sécurité privées – étudiants découvrant les joies du chat, familles éclatées communiquant avec des membres expatriés, etc.

A partir du printemps 2004 et les premiers enlèvements d'étrangers en Irak, ceux-ci désertent progressivement les endroits publics, restaurants, marchés et cafés Internet. Les rares étrangers qui sont encore en Irak s'équipent de connexions Internet chez eux ou sur leur lieu de travail, ce qui revient souvent au même. L'insécurité dans les rues de Bagdad, Basra ou Mossoul est généralisée, pourtant les cafés Internet ne désemplissent pas. L'accès à la toile symbolise toujours l'accès au monde extérieur et à la modernité dans un Irak qui s'enfonce dans la violence et qui est, de ce fait, de plus en plus inaccessible à l'observateur étranger.

Pour le chercheur en sciences sociales tout comme pour l'observateur avisé de la réalité irakienne, Internet est donc un outil essentiel. La plus grande part de la production est en anglais et/ou en arabe ; le français est très marginal. Les blogs d'Irakiens et la presse locale deviennent des sources d'informations incontournables. Le chat devient un outil de communication privilégié, et permet même de conduire des entretiens.



Irak : informations générales

Irak : les forces politiques

Iraq : le champ politique chiite

Irak : le champ politique kurde

Irak : le champ politique sunnite

Irak : les partis non-communautaires

Irak : les forces de l’insurrection

Irak : la société civile et les médias

Irak : les institutions gouvernementales et les sites officiels

Irak : les organisations et la communauté internationale