Guide de Syrie-sur-Web Première édition (12 mai 2007)


Syrie : l’opposition et les mouvements de la société civile

Les partis du Rassemblement national démocratique

Fondé en 1979, le Rassemblement national démocratique (al-Tajamu’ al-Watanî al-Dîmuqrâtî) a constitué jusqu’en 2000 le seul cadre organisé de l’opposition syrienne. Il regroupe six partis d’opposition de gauche et nassérienne non reconnus (illégaux) :

L’Union arabe socialiste et démocratique en Syrie (Hizb al-Ittihâd al-Ichtirâkî al-‘Arabî al-Dîmuqrâtî fî Sûriyya, formation nassérienne dirigée par Hassan Abd–al-‘Azîz)

Le Parti communiste syrien-Bureau politique (al-Hizb al-Chuyû’î al-Sûrî-al-Maktab al-Siyâsî, dirigé par Riyad al-Turk)

Le Parti Baath arabe socialiste et démocratique (Hizb al-Ba’th al-‘Arabî al-Ichtirâkî al-Dîmuqrâtî, fidèle à la direction du Baath de 1956 à 1970)

Le Parti des socialistes arabes (al-Hizb al-Ichtîrâkiyyîn al-‘Arab, prolongement de la tendance d’Akram Hourani)

Le Parti révolutionnaire des travailleurs (al-Hizb al-‘Umâl al-Thawrî, marxiste nationaliste)

Le Parti d’Action communiste en Syrie (Hizb al-‘Amal al-Chuyû’î fî Sûriyya)

Le Rassemblement possède un site (http://altagamoh.adimocraty.free.fr/) qui publie, outre des tracts et documents, la revue du mouvement, al-Mawqif al-Dîmuqrâtî. Cette mouvance a donné naissance à un avatar bilingue français/arabe, initiative d’un militant résidant en France, le Rassemblement national démocratique en Syrie (secteur externe) (http://alain561.chez-alice.fr/), sur lequel on peut trouver quelques textes de ce mouvement, souvent redondants avec ceux proposés par le site officiel.

Users:jeflele:syrie:syrie003.pct

Parmi les partis constitutifs de ce Rassemblement, on peut consulter sur la toile le site du Parti nassérien de l’Union arabe socialiste et démocratique en Syrie (Hizb al-Ittihâd al-Ichtirâkî al-‘Arabî al-Dîmuqrâtî fî Sûriyya) (http://www.ettihad-sy.net/) (arabe). Les derniers numéros de son périodique al-‘Arabî sont consultables sur le site ; on peut consulter en outre le numéro 78/2002 de ce périodique sur le site d’al-Hiwâr al-Dîmuqratî (http://alhiwaradimocraty.free.fr/ALARABY1.HTM) (arabe) qui publie également d’autres numéros de journaux issus des mouvements de l’opposition de gauche.

Users:jeflele:syrie:syrie004.pct

Autre parti appartenant au Rassemblement, le Parti Baath arabe socialiste et démocratique (Hizb al-Ba’th al-‘Arabî al-Ichtirâkî al-Dîmuqrâtî) ne possède pas de site propre mais on peut trouver en ligne une dizaine de numéros de son périodique, al-Dîmuqrâtî (http://mormik.club.fr/ad-dimocraty.html) (arabe).

De même, le Parti du peuple démocratique (ex-Parti communiste– bureau politique) (Al-Hizb al-Chuyû’î al-Sûrî-al-Maktab al-Siyâsî) n’a pas de site propre mais anime le dynamique site d’opinion al-Râyy (http://www.arraee.com/) (arabe).

Dernier parti de gauche à avoir rallié le Rassemblement, en 2006, et lui aussi non autorisé, le Parti d’Action communiste en Syrie (Hizb al-‘Amal al-Chuyû’î fî Suriyya)publie en ligne le périodique al-An (http://www.syriaalaan.com/) (arabe) qui comprend un forum de discussion.

Users:jeflele:syrie:syrie005.pct

La mouvance démocratique

L’arrivée au pouvoir de Bachar al-Assad en juillet 2000, au décès de son père, a soulevé dans le pays une vague d’espoir et de mobilisation réclamant une ouverture politique, qui s’est notamment incarnée dans la tenue de forums de discussion emmenés par les intellectuels et les personnalités d’opposition, mouvement vite réprimé par le pouvoir. Depuis 2000, dans le sillage de cet éphémère "printemps de Damas", le paysage politique syrien s’est diversifié avec l’apparition de nouveaux partis ou quasi partis mais surtout de nombreux comités, cercles de dialogue ou association de défense des droits de l’homme qui relèvent de la mouvance démocratique, tant de gauche que libérale. La forme partisane traditionnelle suscite la méfiance : le caractère extrêmement clivé de l’opposition syrienne, son éclatement en groupuscules liés à la personnalité d’un leader et les dangers de l’engagement politique dont témoigne la répression exercée sur les militants, ont incité les activistes à s’inscrire dans d’autres formes de mobilisation moins ouvertement politiques. La position de cette nébuleuse démocratique sur la toile reflète sa fragilité : bien des sites sont éphémères ou peu actifs. Compte tenu de l’étroitesse de manœuvre d’une opposition interne, beaucoup de ces formations sont des initiatives issues de Syriens résidant à l’étranger mais quelques unes sont nées en Syrie même. On assiste à un transfert sur la toile du phénomène des forums qui avaient fleuri lors du printemps de Damas puis qui ont été interdit : de nombreux sites de cette mouvance propose un forum (muntadâ) en ligne.

Les formations de l’intérieur

Le pôle principal en est le site de la Déclaration de Damas pour le changement national démocratique (I’lân Dimachq li- al-Taghyîr al-Watanî al-Dîmuqrâtî) (http://www.damdec.org/) (arabe). Cette Déclaration (accessible sur le site en traductions française, anglaise et allemande), signée en octobre 2005 par de nombreux mouvements et partis constitutifs de l’opposition syrienne, tant de gauche que proches des Frères musulmans, a donné naissance à une initiative d’envergure qui tente de fédérer une opposition syrienne traditionnellement éclatée.

Users:jeflele:syrie:syrie006.pct

Dernier rescapé des forums de discussion lancés lors du printemps de Damas, finalement interdit depuis le printemps 2005, le Forum Jamâl al-Atâsî pour le dialogue démocratique (Muntadâ Jamâl al-Atâsî li-l-Hiwâr al-Dîmuqrâtî) poursuit ses activités à travers un site (http://www.atassiforum.org/) (arabe). Le Forum anime par ailleurs un autre site hébergé par Geocities (http://www.geocities.com/montadaatasi/) (arabe).

Users:jeflele:syrie:syrie007.pct

Syria Vision (http://www.syrian-vision.com/) (arabe), produit par le Centre syrien pour les études et le développement démocratiques (al-Markaz al-Sûrî li-l-Dirâsât wa al-Tanmiyya al-Dîmuqrâtiyya), que l’on doit à l’initiative d’un Syrien de Damas, est un recueil de textes et d’analyses touchant les questions liées à la démocratie, indexés par thème.

Users:jeflele:syrie:syrie008.pct

La voix des militants antimondialisation se fait entendre à travers l’Antiglobalisation Group syrien (AGG-Syria) (Majmû’at Munâhidat al-‘Ulama) (http://www.aggsyr.org/) (arabe, anglais) qui anime également le site al-Badîl (http://www.albadil.net/) (arabe), un organe d’information assez développé fait à Damas.

Users:jeflele:syrie:syrie009.pct

La nouvelle opposition libérale

Si la plupart de ces nouvelles formations s’inscrivent dans une tradition de gauche, quelques initiatives libérales commencent à voir le jour. Le site officiel du Parti national démocratique de la renaissance (Hizb al-Nahda al-Watanî al-Dîmuqrâtî) (libéral) (http://www.alnahdaparty.org/) (arabe) s’affiche en cours de reconstruction, son fondateur ‘Abd al-‘Aziz al-Maslat, sur lequel reposait l’essentiel de l’activité de la formation, ayant quitté la Syrie pour les Etats-Unis. La version antérieure (http://www.alnahdaparty.com/) est consultable sur archives.

Users:jeflele:syrie:syrie010.pct

Ahrâr Sûriyya (http://ahrarsyria.com/) (arabe) est le site du Rassemblement national démocratique des libéraux (Tajammu’ al-Ahrâr al-Watanî al-Dîmuqrâtî)



Les mouvements de défense des droits de l’homme

Les formations de l’intérieur

La nouvelle opposition démocratique s’affichant souvent en termes euphémisés de défense des droits de l’homme, il est parfois difficile de faire la part entre les deux tendances qui se confondent assez largement. La pluralité des appartenances est d’ailleurs fréquente chez nombre d’activistes. Contrairement aux partis, les mouvements de défense des droits de l’homme récusent toute activité proprement politique, mais en ce domaine, les frontières du politique demeurent floues. Tout comme la mouvance démocratique et tout comme l’opposition de gauche, la nébuleuse des droits de l’homme manifeste une certaine propension à la scission et présente également un aspect fragmentaire.

Première organisation à avoir vue le jour en Syrie en 1989, à l’initiative de l’opposant Nizar Nayyouf, à présent réfugié à l’étranger, les Comités de Défense des Libertés démocratiques et des Droits de l’Homme en Syrie ont connu un parcours chaotique. Aujourd’hui présidés par l’avocat Aktham Nu’ayseh, ils ne possèdent pas de site propre mais diffusent leurs communiqués par courrier électronique.

Le Centre Damas pour les études des droits de l’homme (Markaz Dimachq li-Dirâsât Huqûq al-Insân) (Damascus Center for Human Rights Studies) (http://www.dchrs.com/) (arabe, anglais) affiche fermement son apolitisme et rassemble nombre de grands noms d’intellectuels syriens. Il vise à développer des programmes théoriques et académiques pour favoriser l’émergence d’une culture des droits de l’homme en Syrie.

Users:jeflele:syrie:syrie012.pct

L’Association des droits de l’homme en Syrie (Jam’iyyat Huqûq al-Insân fî Sûriyya) (Human Rights Association in Syria) est présidée par le Dr. Ahmad Fâyiz al-Fawwâz, ancien militant communiste (aile du Bureau politique de Riyâd Turk), qui a succédé à une figure célèbre de la défense des droits de l’homme, l’avocat Haytham al-Mâlih. Deux sites se réfèrent à cette association. Le premier (http://hras-syria.tripod.com/) (arabe), visiblement le plus ancien, publie de nombreux écrits d’Haytham Mâlih et quelques documents fondateurs de l’association. Il semble inactif depuis 2004. Le second site (http://www.hrassy.org/) (arabe, anglais) est beaucoup plus développé et publie de nombreux documents, notamment les rapports annuels de l’association ainsi qu’une revue en ligne, al-Marsad (http://www.hrassy.org/marsad/) (arabe).

Users:jeflele:syrie:syrie013.pct

Le site de l’Organisation arabe pour les droits de l’homme en Syrie (Al-Munazzama al-‘Arabiyya li-Huqûq al-Insân fî Sûriyya) (Arab Organization for Human Rights-Syria) (AOHRS) (http://www.aohrs.org/) (arabe), fondée en février 2004 et domiciliée à Alep, est riche de très nombreux documents. De tendance nassérienne, cette organisation publie en ligne un périodique, al-Atyâf (http://www.aohrs.org/atiaf/atiaf/) (arabe).

Users:jeflele:syrie:syrie014.pct

Le site de l’Organisation syrienne des droits de l’homme (al Munazzama al-Sûriyya li-Huqûq al-Insân) (Syrian Human Rights Organization-Swasiah) (SHRO) (http://www.shro-syria.com/) (arabe), dont les fondateurs sont issus de l’organisation précédente, offre l’accès à certains documents généraux sur les droits de l’homme. Quelques-uns de ces documents, plus spécifiques, portent sur la situation en Syrie. On y trouve notamment un rapport sur la situation des prisons syriennes et des prisonniers en 2004.

Users:jeflele:syrie:syrie015.pct

La SHRO a à son tour donné le jour à une Organisation nationale des droits de l’homme (al-Munazzama al-Wataniyya li-Huqûq al-Insân) (National Human Rights Organization) qui ne dispose pas d’un site internet mais diffuse ses nombreux communiqués par e-mail. On peut les obtenir en adressant un courrier à son président, le Dr. Ammar Qurabi (qurabi@hotmail.com).

Le Centre national de la défense de la liberté de la presse en Syrie (Al-Markaz al-Watanî lil-Difâ’a ‘an Huriyyat al-Sahâfa wa al-Sahâfiyyîn fî Sûriyya) (The National Center for the Defence of Press and Journalist Freedom in Syria) (http://www.hurriyat.org/modules/news/) (arabe), s’il vise à la défense de la liberté d’expression, a aussi une vocation plus généraliste et répercute pour l’essentiel des morceaux choisis de la presse internationale.

Users:jeflele:syrie:syrie016.pct

Les formations de l’étranger

Deux autres organisations et leurs sites sont basés en Grande-Bretagne, ce qui leur offre une plus grande liberté de langage et une latitude politique plus large. Ils figurent tous deux dans l’orbe des Frères musulmans. Le Comité syrien pour les droits de l’homme (Al-Lajna al-Sûriyya li-Huqûq al-Insân) (Syrian Human Right Commitee) (http://www.shrc.org/) (arabe, anglais), présidé par Walid Saffour, répercute de façon efficace de nombreuses informations concernant les droits de l’homme en Syrie, tandis que l’Observatoire syrien des droits de l’homme (al-Marsad al-Sûrî li-Huqûq al-Insân) (http://www.syriahr.com/) (arabe) renvoie à un prisme plus large d’informations sur la Syrie que celles qui concernent les seuls droits de l’homme.

Users:jeflele:syrie:syrie017.pct

Users:jeflele:syrie:syrie018.pct

Egalement diffusé depuis l’étranger, cette fois les Etats-Unis, Al-Tharwa Project (http://www.tharwaproject.org/) (anglais) et (http://arabic.tharwaproject.com/) (arabe) est une initiative indépendante originale lancée par Ammar Abdulhamid, par ailleurs promoteur du blog Amarji (The Heretic Blog) (http://amarji.blogspot.com/), qui vise à encourager le développement de la conscience civile chez les populations du Moyen-Orient et du Maghreb, notamment en offrant une plateforme de discussion ouverte à toutes les composantes de ces sociétés. “ Difference is wealth ”, affirme le projet. Celui-ci a engendré the Tharwa Community (http://www.tharwacommunity.org/) (arabe, anglais), un ensemble de sites qui visent chacun des objectifs particuliers. Pour n’en retenir que quelques-uns, Tharwa news (http://www.tharwacommunity.org/tharwa_news/) propose une couverture de presse des développements régionaux, a Voice from Qâmichlî (http://www.tharwacommunity.org/qamishly/) suit la situation des Kurdes dans la région du nord-est de la Syrie, Sawt al-Insân al-Sûrî (http://www.tharwacommunity.org/sawt/) est un observatoire de l’humanitaire, etc.

Users:jeflele:syrie:syrie019.pct

On peut compléter les informations concernant les droits de l’homme en Syrie en visitant des sites généralistes comme le Réseau arabe pour l’information sur les droits de l’homme (al-Chabaka al-‘Arabiyya li-Ma’lûmât Huqûq al-Insân) (Arabic Network for Human Rights Information) (http://www.hrinfo.org/) (anglais, arabe), installé au Caire, ou la Commission arabe des droits humains-ACHR (al-Lajna al-‘Arabiyya li-Huqûq al-Insân), sise à Malakoff en France (http://www.achr.nu/). On peut trouver sur ce site un recueil des écrits de Haytham Manâ (http://www.achr.nu/Haytham%20Manna.htm) (arabe), l’une des figures de proue de la défense des droits de l’homme en Syrie.

Users:jeflele:syrie:syrie020.pct
Users:jeflele:syrie:syrie021.pct


Diverses organisations internationales publient également des rapports périodiques sur la situation des droits de l’homme en Syrie : Human Rights Watch (http://hrw.org/doc/?t=mideast&c=syria) (anglais, arabe), Amnesty International (http://web.amnesty.org/library/eng-syr/index) (anglais) ou encore Integrated Régional Information Networks (IRIN) (http://www.irinnews.org/ME.asp?SelectRegion=Middle_East&SelectCountry=Syria) (anglais). On pourra consulter enfin le Country Report on Human Rights Practices sur la Syrie, daté de 2005, publié par le Département d’Etat américain (http://www.state.gov/g/drl/rls/hrrpt/2005/61699.htm) (anglais) et dont on peut trouver une traduction en arabe sur le site de l’ambassade des Etats-Unis à Damas (http://syria.usembassy.gov/) (anglais, arabe).

Les formations d’opposition nées à l’extérieur

Proche de l’administration américaine, le Parti syrien de la réforme (Hizb al-Islâh al-Sûrî) (Reform Party of Syria) (http://reformsyria.org/) (anglais, arabe), dirigé par Farid Ghadry, se présente comme une possible alternative au pouvoir syrien, formée à l’extérieur, selon un schéma à l’irakienne. Son site propose également un blog (http://www.reformsyria.org/blog/) (anglais). Il maintient fermement des positions sécularistes face à l’arrivée sur le marché de l’opposition du Front de Salut National en Syrie.

Users:jeflele:syrie:syrie022.pct

Autre poids lourd né à l’étranger, le Front de Salut National en Syrie (Jabhat al-Khalâs al-Watanî fî Sûriyya) (National Salvation Front in Syria) (http://www.savesyria.org/) (arabe anglais) a été fondé en mars 2006 à l’initiative de l’ancien vice-président Abdel Halim Khaddam avec plusieurs courants de l’opposition syrienne en exil, dont le dirigeant des Frères musulmans exilés à Londres, Ali al-Bayanûnî. On y trouvera, essentiellement en arabe, les documents fondateurs de ce mouvement. Le Front se réclame de la Déclaration de Damas pour le changement national démocratique (I’lân Dimachq li- al-Taghyîr al-Watanî al-Dîmuqrâtî) (http://www.damdec.org/) et affirme être en lien avec les forces d’opposition de l’intérieur, ce que celles-ci ne confirment pas.

Users:jeflele:syrie:syrie024.pct

Autre initiative issue d’émigrés syriens aux USA, le Conseil national syrien (al-Majlis al-Watanî al-Sûrî) (Syrian national Council) (http://www.thesolidarity.com/main/index.php) (arabe), créé en juin 2005, se range sous la bannière de la Déclaration de Damas pour le changement national démocratique et est associé au Front de Salut National en Syrie. Il constitue un forum assez influent et un point de rencontre entre opposition interne et externe.

Users:jeflele:syrie:syrie025.pct

Egalement aligné sur la Déclaration de Damas pour le changement national démocratique, le Courant démocratique syrien (http://www.tsdp.org/) (arabe) (al-Tayyâr al-Sûrî al-Dimûqrâtî) est une formation fondée en 2005, basée au Royaume Uni, pour servir de tribune à l’opposition démocratique syrienne. Il propose, outre un bulletin d’information, un grand nombre de textes issus d’intellectuels syriens ou de la presse internationale, et répercute les textes et communiqués de la Déclaration de Damas.

Le Centre Damas pour les études théoriques et les droits civils (Markaz Dimachq li-l-Dirâsât al-Nadhariyya wa al-Huqûq al-Madaniyya) (Damascus Center for Theoretical and Civil Rights Studies) (http://www.dctcrs.org/) (arabe, anglais), basé en Suède, offre l’accès à un grand nombre de contributions et d’analyses d’opposants syriens. Le centre publie en outre une revue consultable en ligne, al-Muqârabât (http://www.mokarabat.com/) (arabe).

Users:jeflele:syrie:syrie026.pct

Outre ces cinq axes majeurs, s’est développée toute une nébuleuse de comités aux contours flous et aux activités plus ou moins réelles, dont la plupart se réclame de la Déclaration de Damas, et qui ne sont parfois que le reflet d’une initiative personnelle. Parmi les plus actifs, on peut consulter le Comité syrien pour l’action démocratique (al-Lajna al-Sûriyya lil-‘Amal al-Dîmûqrâtî) (http://sdwc.jeeran.com/) (arabe), basé en Jordanie, qui constitue un carrefour assez actif autour de la défense de la Déclaration de Damas ainsi que le Comité de coordination pour le changement démocratique en Syrie (Lajnat al-Tansîq min Ajal al-Taghyîr al-Dîmuqrâtî fî Sûriyya) (http://altansiksyr.free.fr/) (arabe) fondé à Paris en novembre 2005.

Users:jeflele:syrie:syrie027.pct

Le Parti de la Modernité et de la Démocratie pour la Syrie (Hizb al-Hadatha wa al-Dîmuqrâtiyya li-Sûriyya) (http://www.hadatha4syria.com/) (arabe), dont il est difficile de saisir le statut exact, a été fondé en Allemagne en 2001, vraisemblablement à l’initiative d’un immigré syrien.

On peut consulter également quelques sites aux assises fragiles : The Free Syria (Sûriyya al-Hurra) (http://www.thefreesyria.org/) (arabe) promu par les “ Civils libéraux ” (al-Madaniyîn al-Ahrâr), mais vraisemblablement une initiative personnelle d’un immigrant à Londres, qui répercute des nouvelles venant des associations de défense des droits de l’homme syriens.

Users:jeflele:syrie:syrie028.pct

Le Forum démocratique syrien (al-Liqâ al-Dîmuqrâtî al-Sûrî) (Syrian Democratic Forum) (http://www.syrianforum.net/) (arabe, kurde) est dû, depuis Sofia, à l’initiative d’un Kurde, Ali Husayn.

Les mouvements politico-religieux

Tout parti politique à caractère religieux est interdit en Syrie. L’association des Frères musulmans en Syrie (Jamâ’at al-Ikhwân al-Muslimîn fî Sûriyya), fondée en 1942, y est donc illégale et sa branche principale, dirigée par Alî Sadr al-Dîn al-Bayânûnî, est en exil à Londres. Bien qu’affichant une position modérée et prônant la démocratie, les Frères musulmans suscitent la méfiance de la plupart des courants d’opposition laïque de Syrie, voire un franc rejet.

L’association des Frères musulmans anime depuis la capitale britannique un site consacré aux Frères musulmans de Syrie (http://www.ikhwansyria.com/ qui succède à http://www.ikhwan-muslimoon-syria.org/) (arabe) qui présente les grandes lignes politiques défendues par l’association et offre un magazine en ligne constitué d’analyses inédites et de repiquages de textes de la presse internationale, surtout en ligne, concernant la Syrie de façon générale et les Frères musulmans plus particulièrement.

Users:jeflele:syrie:syrie029.pct

La branche dite interne des Frères musulmans syriens (al-Khatt al-Dâhilî lil-Inqâz) (http://www.ikhwansyria.org/) (arabe), organisation mal identifiée et très marginale, anime un site qui répercute de nombreux textes issus de la mouvance des droits de l’homme tout en manifestant les traits d’un islam très conservateur.

Le Mouvement pour la Justice et le développement (Harakat al-’Adâla wa al-Binâ’) (Movement for Justice and Development) (http://www.forsyria.org/) (arabe) est une initiative d’un collectif de Syriens, issus pour la plupart des Frères musulmans, vivant ou ayant vécu en émigration dans les pays arabes et en Occident. De sensibilité islamiste, il est influencé, comme son nom l’indique, par le Parti de la Justice et du Développement du Turc Recep Tayyip Erdogan. Il publie depuis juin 2006 une feuille d’information bimensuelle.

Users:jeflele:syrie:syrie030.pct

Users:jeflele:syrie:syrie031.pct



En dehors des sites qui relèvent de la mouvance des Frères musulmans, on peut consulter le site Sûriyya al-Mujâhida des “ combattants du jihad en Syrie ” (http://sorea.jeeran.com/) (arabe) ; ce site désormais inactif constitue un conservatoire de la mémoire des événements de 1980-82 et a joué le rôle de site de vigilance pour les prisonniers islamistes.

Sâhât Tadmur (http://www.islam3.net/) (arabe) s’inscrivait dans le même esprit. Le site décrivait les événements des années 1980 et suivait la situation des prisonniers islamistes emprisonnés depuis lors mais il n’a fonctionné que brièvement de fin 2003 à l’été 2004. Il n’est consultable que sur archives. Il en est de même pour l’éphémère Minbâr Sûryâ al-Islâmî (http://www.nnuu.org) (arabe), éditeur de la revue Risâlat al-Mujâhidîn.

On peut compléter le tour d’horizon de la mouvance islamiste en consultant le site de l’Union islamique des étudiants syriens (al-Ittihâd al-Islâmî li-Talaba Sûriyya) (Islamic Union of Syrian Students) (http://www.alittehad.net/) (arabe).

Users:jeflele:syrie:syrie032.pct

A l’autre extrémité du prisme politique, l’Assyrian Democratic Organization (ADP) (al-Munazzama al-Athûriyya al-Dîmuqrâtiyya) (http://www.ado-world.org/en/home.php) (anglais, français, allemand, néerlandais, arabe) défend la place des Assyriens dans une perspective laïque et de gauche.

Users:jeflele:syrie:syrie033.pct

Les partis kurdes

La mouvance politique kurde est particulièrement fragmentée, ne comptant pas moins de 12 partis, mais tous ne sont pas représentés sur la toile.

Le site du Parti de l’Union (Yekîtî) démocratique kurde en Syrie (Partiya Yekîtî ya Demokrat a Kurd li Sûriyê-Yekîtî) (Hizb al-Wahda al-Dîmuqrâtî al-Kurdî fî Sûryâ) est enregistré en Hollande (http://www.yekiti.nl/) (arabe, kurde). Il compte un certain nombre d’études souvent non datées. L’organe de presse du parti, al-Wahda, est consultable sur le site Newruz (http://www.yek-dem.com/), site culturel et d’information lié au parti Yekîtî. Plus anecdotique, le Parti revendique une “ organisation européenne ” (http://home.c2i.net/yekiti/), vraisemblablement une initiative individuelle enregistrée à Oslo où l’on trouvera un certain nombre de textes et commentaires, en plusieurs langues, datés de 2000 et 2001.

Users:jeflele:syrie:syrie034.pct

Autre poids lourd de la politique kurde, le Parti démocratique kurde en Syrie (Partiya Dêmoqrata Kurdî li Suriya-Elpartî) (al-Hizb al-Dîmuqrâtî al-Kurdî fî Sûriyya) (http://www.alparty.org/) (arabe, kurde) possède un site enregistré en Allemagne qui propose une information précise et à jour.

Users:jeflele:syrie:syrie035.pct

Le Parti Démocratique Progressiste kurde en Syrie (al-Hizb al-Dîmuqrâtî al-Taqaddumî al-Kurdî fî Sûryâ) (Kurdish Progressive Democratic Party-Syria) propose deux sites (http://kurdmerd.tripod.com/) (arabe) et (http://uk.geocities.com/kurdish_pdps/) (arabe) ainsi qu’un site consacré à la publication, pour l’année 2004, de son périodique al-Dîmuqrâtî (http://www.dimoqrati.org/) (arabe) ainsi qu’à quelques documents.

Users:jeflele:syrie:syrie036.pct

Le Parti de l’Union populaire kurde en Syrie (Partiya Hevgirtina Gelê kurd li Sûriyê) (Hizb al-Ittihâd al-Cha’bî al-Kurdî fî Sûriyya) (Kurdish Popular Union Party in Syria) (http://www.hevgirtin.wz.cz/) (arabe, kurde, pages en anglais et en allemand), enregistré en République Tchèque, propose un site sur lequel est publié en ligne le périodique de la formation, Ittihâd al-Cha’b.

Users:jeflele:syrie:syrie037.pct

L’Alliance démocratique kurde en Syrie (al-Tahâluf al-Dîmuqrâtî al-Kurdî fî Sûriyya) (http://www.geocities.com/hevbendi/) (arabe) regroupe certaines des formations kurdes de Syrie. Son site est apparemment inactif depuis 2003.

Le Courant du Futur kurde en Syrie (Şepêla pêşeroj a kurdî li Sûriyê) (Tayyâr al-Mustaqbal al-Kurdî fî Sûryâ) (http://www.peseroj.net/index.php), fondé en septembre 2005 et enregistré à Lattakié, présente son programme sur ce site où l’on peut trouver également un écho de la presse internationale sur la situation politique en Syrie.

Users:jeflele:syrie:syrie038.pct

Le Comité des droits de l’Homme kurde (Lajnat Huqûq al-Insân al-Kurdî), (http://www.mafkurd.org/fs/) (arabe) est enregistré à Qamishli, cœur de la région kurde syrienne.

Enfin on peut consulter le site dédié au cheikh kurde al-Khaznawi (http://www.khaznawi.com/) (arabe) assassiné au printemps 2006.

On peut compléter l’investigation de la sphère syrienne kurde en consultant les organes kurdes régionaux tels que Efrin.net (http://www.efrin.net/cms/kurdi/) (kurde, arabe, allemand), enregistré en Allemagne, Kurdmedia (http://www.kurdmedia.com/) (anglais), ainsi qu’Amude, site de référence kurde (http://www.amude.net/) (kurde, allemand) qui publie les Awrâq kurdiyya (http://www.amude.net/ewraq/) dont on trouve les numéros de 2002-2003, la publication étant ensuite apparemment interrompue.

Users:jeflele:syrie:syrie039.pct



  • Les partis du Rassemblement national démocratique
  • La mouvance démocratique
  • Les mouvements politico-religieux
  • Les partis kurdes