Guide de Syrie-sur-Web Première édition (12 mai 2007)


Syrie : les usuels

Les portails et annuaires de sites internet

S’il existe de nombreux annuaires listant des sites sur la Syrie, peu d’entre eux sont réellement utiles et permettent de pénétrer dans les arcanes de la Syrie-sur-web. La plupart ouvrent sur des sites de tourisme et surtout de business et offrent peu de place aux sites politiques, a fortiori ceux qui sont interdits en Syrie. Il existe ainsi toute une série d’annuaires de même type, proposant des liens peu compromettants mais dont beaucoup sont obsolètes. Outre les annuaires de Yahoo (http://dir.yahoo.com/Regional/Countries/Syria) et de Google (http://directory.google.com/Top/Regional/Middle_East/Syria/), assez complets, on peut par exemple consulter 4arabs (http://www.4arabs.com/links/Countries/Syria/) (anglais), SyriaNet (http://www.syria-net.com/) (anglais), créé par un internaute allemand, Michael Gassner, ou encore Syria Online (http://www.syriaonline.com/) (anglais). Outre ses liens, Syria Gate (http://www.syriagate.com/) (anglais) offre un guide général du pays assez complet. Le site personnel de Mazen Hajleh (http://www.hejleh.com/countries/syria.html) (anglais) offre également un choix important de liens. Les annuaires les plus complets demeurent sans doute celui d’Arabo.com (http://www.arabo.com/links/,211,230,209,237,201/) (arabe, anglais), qui liste de nombreux sites en arabe et des sites politiques, et le Guide des sites syriens (Dalîl al-mawâqi’ al-sûrîya) (http://www.sefian.8m.com/) (arabe). Café-Syria (http://www.cafe-syria.com/), créé par un Syrien résidant aux USA, offre un panorama complet d’informations sur le pays ainsi que des news, un forum et de nombreux liens.

En français, on peut consulter le portail La Syrie.fr (http://www.lasyrie.fr/Default1.aspx) (français), créé à l’initiative du groupe d’amitié France-Syrie du Sénat français.

Les documents de référence

L’histoire

Damascus online (http://www.damascus-online.com/) (anglais) offre une multitude d’informations sur le pays. Ce site a été lancé dès 2000 par un étudiant en médecine, Ayman Haykal, devenu depuis l’un des principaux bloggers syriens. Il offre une Encyclopédie avec une liste alphabétique de 146 entrées pour des noms de lieu et de personnes, un historique de la ville de Damas et du pays, accompagné de documents d’archives, de photographies et de cartes historiques, un résumé de la situation du Golan, des exemples de musiques et de chants patriotiques, des proverbes syriens, et un florilège de poèmes de Nizar Qabbani.

Sami Moubayed, un historien détenteur d’un PhD d’Exeter, propose quant à lui un site à caractère exclusivement historique, Syrian History (http://www.syrianhistory.com/) (anglais), présentant une chronologie du pays depuis 1908, des documents d’archives, des chants, des documents audiovisuels et une très riche collection de photographies d’actualité et de personnalités couvrant la période 1908-2000, ainsi que de nombreuses photographies anciennes de la ville de Damas.

En arabe, on peut se référer au panorama historique de la Syrie proposé par la banque de données saoudienne Muqâtil min Al-Sahrâ’ (http://www.muqatel.com/) (arabe) où l’on trouvera également cinq discours (http://www.muqatel.com/openshare/indexf.html) (arabe) prononcés par Hafez al-Assad de 1973 à 1981.

On trouvera la liste des présidents et des chefs de gouvernement syriens depuis 1943, souvent avec leur photographie, sur le site personnel de Roberto Ortiz de Zarate (http://www.terra.es/personal2/monolith/syria.htm) (anglais).

Les langues parlées

La référence sur les langues parlées en Syrie, y compris les plus rares, est en ligne sur Ethnologue.com (http://www.ethnologue.com/show_country.asp?name=Syria) (anglais), avec l’ouvrage de Raymond Gordon, Ethnologue : Languages of the World (2005, 15e édition). Hugoye (http://syrcom.cua.edu/Hugoye/) (anglais), journal d’études syriaques en ligne, est hébergé par l’Université catholique d’Amérique et publié par Beth Mardutho (http://www.bethmardutho.org/) (anglais), un institut privé qui vise à promouvoir l’étude et la préservation du syriaque. Kurd_lal (http://www.cogsci.ed.ac.uk/~siamakr/kurd_lal.html) (anglais), hébergé par l’université d’Edinbourg, propose de nombreux liens vers des sites touchant à la langue kurde mais n’est plus tenu à jour depuis 2003. L’internaute en quête d’un excellent cours de langue arabe en ligne (dialecte syrien), accompagné de dialogues audio, se rendra sur Syrianarabic.com (http://syrianarabic.com/) (anglais).

Les “ fiches pays ”

Le Country Study : Syria (http://lcweb2.loc.gov/frd/cs/sytoc.html) (anglais) proposé par la bibliothèque du Congrès de Washington est largement développé mais date de 1987. En revanche, le Country Profile (http://lcweb2.loc.gov/frd/cs/profiles/Syria.pdf) (anglais), issu de la même institution, est plus sommaire mais a été mis à jour en avril 2005. Les pages portant sur la Syrie du World Factbook de la CIA (https://www.cia.gov/cia/publications/factbook/geos/sy.html) (anglais) sont, quant à elles, tenues à jour. Il en est de même de la note proposée par le Département d’Etat américain (http://www.state.gov/r/pa/ei/bgn/3580.htm) (anglais). La présentation du pays sur le site de l’IMA (Institut du Monde arabe) (http://www.imarabe.org/portail/mondearabe/pays/docs/syrie.html#geo) (français) est assez sommaire et les chiffres proposés sont anciens. La BBC News (http://news.bbc.co.uk/2/low/middle_east/country_profiles/827580.stm) (anglais) propose une chronologie tenue à jour des grands événements de la Syrie depuis 1918. On trouvera quelques informations complémentaires, notamment en ce qui concerne le partenariat européen, sur la fiche “ Syrie ” du site de MEDEA (http://www.medea.be/) (anglais, français), l’Institut de recherche sur la Coopération Méditerranéenne et Euro-arabe.

Les statistiques

Le Bureau central des Statistiques syrien (http://www.cbssyr.org/) (arabe, anglais) propose un Statistical Abstract (http://www.cbssyr.org/aindex.htm) issu du recensement de 2002 ainsi que des statistiques liées aux mouvements du commerce international. On trouvera en outre sur le site de l’International Trade Center (ITC), l’agence de coopération technique liée à la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement et à l’OMC, des statistiques récentes des mouvements d’importation (http://www.intracen.org/tradstat/sitc3-3d/ir760.htm) et d’exportation (http://www.intracen.org/tradstat/sitc3-3d/er760.htm) de la Syrie. Les indicateurs pour la Syrie du Rapport sur le développement humain de 2003 sont quant à eux consultables sur le site du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) (http://hdr.undp.org/reports/global/2003/indicator/cty_f_SYR.html) (anglais).

Les photographies

Outre le site Syrian History (http://www.syrianhistory.com/) (anglais) de Sami Moubayed déjà cité, Creativesyria.com (http://www.creativesyria.com/), produit par le centre culturel syrien de Montréal, offre une banque d’images récentes du pays et anime un Mideastimage (http://www.mideastimage.com/) (anglais) qui propose une magnifique collection de photographies anciennes du Bilâd al-Châm. Le site Oldamascus.com (http://www.oldamascus.com/home.htm) (anglais) présente une importante série commentée de photographies actuelles de la ville de Damas et de sa région. La bibliothèque de l’Université de Chicago (http://www.lib.uchicago.edu/e/su/mideast/photo/Syria.html) met en ligne une série de photographies de Bonfils sur Damas. Le photographe Peter Langer (http://www.peterlanger.com/Countries/Middleast/Syria/index.htm), quant à lui, met en ligne une collection de plus de 2 000 photographies sur la Syrie actuelle. Google images (http://images.google.com/images?q=syria&ndsp=20&svnum=10&hl=fr&lr=&start=0&sa=) extrait de l’ensemble de la toile un grand nombre de photographies et de cartes sur la Syrie. A signaler enfin le blog d’un photographe amateur d’Alep, se présentant sous le nom d’Hovic (http://syrialooks.blogspot.com/), dont le site offre une collection de qualité de photographies numériques couvrant maints aspects de la Syrie, tant architecturaux que sociaux.

Les cartes

Le site de référence en matière de cartes géographiques demeure le fonds de la Perry-Castaneda Library de l’Université de Texas (http://www.lib.utexas.edu/maps/syria.html). Le site Multimap (http://www.multimap.com/index/SY.htm) offre en outre des cartes régionales et locales et un index des noms.

Religions et ethnies

L’islam officiel est notamment représenté sur internet par les sites du cheikh Ahmad al-Kuftârû, grand mufti de Syrie jusqu’à son décès en septembre 2004, associé à sa fondation et à la mosquée Abû Nûr (http://www.kuftaro.org/ et http://muslimdatabase.com/abunour/index.php) (arabe, anglais, français, turc, japonais, russe, allemand), qui forment un vaste complexe d’enseignement religieux en Syrie.

De nombreux cheikhs sunnites syriens ont également des sites, le plus connu internationalement étant sans aucun doute le cheikh Muhammad al-Bûtî, enseignant à la faculté de Charî’a de Damas (http://www.bouti.com/) (arabe, anglais, français annoncé). Pour une analyse de l’usage d’internet par les oulémas syriens, on peut se référer à un récent article en ligne d’Ermete Mariani (http://www.cemam.usj.edu.lb/sipo/Ouvrage_sipo_pdf/05.pdf) (français) publié dans l’ouvrage La société de l’information au Proche-Orient. Internet au Liban et en Syrie (Beytouth, 2006).

Pour le chiisme, on consultera le site syrien de l’Ayatollah ‘Alî al-Husaynî al-Sîstânî (http://www.seestani.com/) (arabe) et de son centre d’enseignement (hawza) à Sayyida Zaynab dans la banlieue de Damas.

Sur les Druzes, le site de l’Institute of Druze Studies (http://www.druzestudies.org/) (anglais) de l’université de San Diego présente un bref aperçu de cette communauté mais n’est plus actif depuis 2001, et c’est surtout celui de la Druze Heritage Foundation (http://www.druzeheritage.org/DHF/) (anglais) établie à Londres qu’il convient de visiter.

En ce qui concerne les communautés chrétiennes, le site du Middle East Council of Churches (MECC) (http://www.mec-churches.org/) (arabe, anglais, français) constitue un excellent portail vers les sites des différentes Eglises de Syrie dont ceux du Patriarcat de l’Eglise grecque orthoxe d’Antioche (http://www.antiochpat.org/) (arabe, anglais), du Patriarcat de l’Eglise grecque melkite d’Antioche (http://www.pgc-lb.org/ et http://www.melkites.com/) (arabe, anglais, français). Le site personnel de David Cheney Catholic hierarchy s’intéresse, quant à lui, aux Eglises rattachées à Rome (http://www.catholic-hierarchy.org/country/dsy2.html) (anglais). Le site de la prélature du diocèse arménien d’Alep (http://www.periotem.com/) (anglais, arménien) donne un aperçu historique de la communauté arménienne de Syrie. Le site consacré à Notre Dame de Soufanieh (http://www.soufanieh.com/) (français, arabe, anglais) suit le destin d’une jeune femme de ce quartier de Damas qui reçoit des apparitions et les stigmates depuis 1982.

Ressources académiques et centres de recherche

En Syrie

Pour un tour d’horizon du milieu et des activités académiques en Syrie, l’internaute se reportera aux sites des quatre grandes universités du pays, l’Université de Damas (http://www.damasuniv.shern.net/) (arabe, anglais), l'Université d’Alep (www.alepuniv.shern.net/) (arabe, anglais), l’Université Tichrine de Lattakié (http://www.tishreen.shern.net/) (arabe, anglais) et l’Université al-Baath de Homs (http://www.albaath-univ.edu.sy/) (arabe). Le catalogue de la bibliothèque nationale syrienne, la Bibliothèque al-Assad (http://www.alassad-library.gov.sy/) (arabe, anglais), n’est malheureusement pas en ligne.

Basé en Syrie, mais reflétant l’ensemble du monde littéraire arabe, l’Union arabe des écrivains (Ittihâd al-Kuttâb al-‘Arabî) (The Arab Writers Union) (http://www.awu-dam.org/) (arabe) offre l’accès à de nombreuses œuvres en texte intégral ainsi qu’à quatre revues littéraires en ligne et propose un annuaire des écrivains syriens et arabes. La maison d’édition Dâr al-Awâ’il (http://www.daralawael.com/) (arabe) propose de son côté un riche catalogue en ligne.

De statut privé mais proche du pouvoir, le Data and Strategic Studies Center (DASC) (Markaz al-Mu’tayât wa al-Dirâsât al-Istrâtîjiya) (http://www.dascsyria.com/indexa.htm) (arabe) offre des analyses, notamment liées à la situation vis-à-vis d’Israël, ainsi qu’un périodique en ligne.

Quelques centres de recherche européens poursuivent des activités en Syrie, notamment l’Institut Danois, qui ne possède pas de site internet propre, et l’Institut néerlandais (Nederlands Instituut voor Academische Studies in Damascus-NIASD) (http://www.niasd.org/) (néerlandais, anglais, arabe). C’est surtout sur le site de l’Institut français du Proche-Orient (IFPO) (http://www.ifporient.org) (français) que l’on aura l’ouverture la plus large sur les travaux académiques consacrés à la Syrie, de la préhistoire à nos jours.

Aux Etats-Unis

Le site de référence que représente habituellement le Middle East Network Information Center (MENIC) (http://menic.utexas.edu/menic/Countries_and_Regions/Syria/) (anglais) mis en place par le Center for Middle Eastern Studies de l’Université du Texas à Austin présente assez peu d’intérêt concernant la Syrie. L’annuaire proposé par les bibliothèques de l’Université de Columbia sous l’entrée Middle East and Jewish Studies (http://www.columbia.edu/cu/lweb/indiv/mideast/cuvlm/Syria.html) (anglais) n’est guère plus disert. Aux Etats-Unis comme d’ailleurs en Europe, il n’existe pas de centres de recherche réellement spécialisés dans les études sur la Syrie contemporaine. En revanche, la présence dans un centre de recherche d’un enseignant travaillant sur la Syrie fait généralement émerger une dynamique de recherche et un pôle de ressources sur le pays. Outre son irremplaçable blog, Joshua Landis (http://www.ou.edu/mideast/country/syria.htm) (anglais), professeur à l’Université d’Oklahoma, propose ainsi sur la partie du site de l’Université consacrée au Moyen-Orient et à l’islam, un certain nombre de liens et une sélection d’articles académiques en ligne sur la Syrie. H-Levant (http://www.h-net.org/~levant/) et H-Mideast politics (http://www.h-net.org/~midepol/) (anglais), hébergés par l’université du Michigan, offrent des espaces de discussions académiques et d’analyse consacrés à la Syrie. On peut suivre l’activité des études sur la Syrie sur le site de la Syrian Studies Association (http://www.ou.edu/ssa/) (anglais), association internationale affiliée à la MESA (Middle East Studies Association) qui cherche à promouvoir les études académiques et les recherches sur la Syrie.

En Grande-Bretagne

Le Centre for Syrian Studies de l’Université écossaise de St Andrews (http://www.st-andrews.ac.uk/intrel/syrian/index.html), dirigé par Raymond Hinnebusch, un éminent spécialiste de la Syrie contemporaine, a été lancé officiellement le 3 novembre 2006. Il a vocation à accueillir des étudiants syriens et son cycle de conférence devrait aboutir à l’édition d’un ouvrage sur La Syrie en transition. Le catalogue des archives du St Antony’s College d’Oxford (http://www.sant.ox.ac.uk/mec/MEChandlists/Syria.pdf) concernant la Syrie est consultable en ligne. Le catalogue de la bibliothèque de la School of Oriental and African Studies (SOAS) de l’Université de Londres (http://lib.soas.ac.uk/), dont les références sont classées par date, permet d’avoir rapidement accès à une bibliographie à jour sur la Syrie.

Initiative privée étroitement liée aux Frères musulmans (son directeur est le porte-parole de l’association), à mi-chemin du centre de recherche et du think tank, l’Arab Orient for Strategic and Civilization Studies Centre (Markaz al-Charq al-‘Arabî lil-Dirâsât al-Hadâriyya wa al-Istrâtîjiyya) de Londres (http://www.asharqalarabi.org.uk/index.htm) (arabe) propose de nombreux textes et analyses sur la situation syrienne.

En France

Faute de trouver de riches informations sur le site de l’Association Française pour l’Etude du Monde Arabe et Musulman (AFEMAM) (http://www.afemam.org/), l’internaute aura essentiellement recours pour la France aux activités du Groupe de Recherches et d’Etudes sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO) (http://www.gremmo.mom.fr/), qui héberge plusieurs spécialistes de la Syrie, et à celles de l’Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM) (http://www.mmsh.univ-aix.fr/iremam/), ainsi qu’aux bibliothèques associées à ces deux laboratoires. Le Centre d’Etudes et de Recherches Internationales (CERI) (http://www.ceri-sciencespo.com/) propose ponctuellement des analyses sur la Syrie.

En Israël

L’internaute peut surveiller l’apparition des articles académiques sur la Syrie sur l’Electronic Current Contents of Periodicals on the Middle East (http://www.dayan.org/currentcontents.htm) proposé par le Moshe Dayan Center de l’Université de Tel-Aviv (http://www.dayan.org/framedoc.htm) (anglais, hébreu). Les articles récents d’Eyal Zisser, spécialiste de la Syrie rattaché à ce centre, sont consultables en ligne sur ce même site qui offre par ailleurs une importante base de données (http://www.dayan.org/Database.htm) de références bibliographiques listant articles académiques et de presse. Le Begin-Sadat Center for Strategic Studies (BESA) (http://www.biu.ac.il/Besa/) (anglais, hébreu), affilié au département de science politique de l’Université de Bar-Ilan, offre de périodiques analyses sur la Syrie, tout particulièrement dans sa Middle East Review of International Affairs (MERIA) (http://meria.idc.ac.il/) (anglais).

Les think tanks

Jusqu’à une date récente, les think tanks américains se préoccupaient assez peu de la Syrie, privilégiant les analyses portant sur le triangle Irak-Iran-Turquie. La Syrie apparaît souvent dans les travaux de ces institutions comme l’un des éléments constitutifs du Moyen-Orient, ou associée à la question du Liban ou de l’Irak, mais figure rarement comme champ d’étude spécifique. Il est vrai que les spécialistes ne sont pas légion et que l’accès au terrain n’est guère aisé. On note cependant un regain d’intérêt depuis l’été 2006. Des analyses apparaissent ponctuellement, en fonction de l’actualité et les rares spécialistes sont mobilisés pour l’occasion. Le Carnegie Endowment for International Peace (http://www.carnegieendowment.org/) (anglais), basé à Washington et doté d’un bureau à Beyrouth depuis 2006, qui s’affiche non partisan, demeure généralement allusif en ce qui concerne la Syrie. Les archives du Middle East Policy (http://www.mepc.org/journal/archive.asp) (anglais), revue publiée par le Middle East Policy Council (http://www.mepc.org/main/main.asp) (anglais), un think tank de Washington favorable aux intérêts israéliens, recèlent plusieurs articles sur la Syrie et sa revue de presse internationale, sous l’entrée “ Lebanon/Israel ”, présente des références assez nombreuses sur la Syrie. Le Council on Foreign Relations (CFR) (http://www.cfr.org/region/414/syria.html) (anglais), structure non partisane basée à New York et Washington, propose un suivi régulier de la Syrie, en mobilisant parfois l’expertise de spécialistes tels que Joshua Landis ou Volker Perthes, dont les analyses sont répercutées par le périodique publié par l’institution, Foreign Affairs (http://www.foreignaffairs.org/) (anglais). On trouvera également une couverture assez complète de la Syrie sur le site du conservateur Washington Institute for Near East Policy (http://www.washingtoninstitute.org/templateI01.php) (anglais), notamment sous la plume de ses deux spécialistes, David Schenker et Seth Wikas. On doit à l’United States Institut for Peace (USIP) (http://www.usip.org/) (anglais), un think tank de Washington établi et financé par le Congrès, une intéressante série de rapports récents sur la Syrie. Le Saban Center for Middle East Policy (http://www.brookings.edu/) (anglais), qui relève de la Brookings Institution, propose également des analyses régulières sur la Syrie, de tendance centre-gauche. On peut trouver ponctuellement des papiers de tendance très conservatrice sur la Syrie sur le site de The Heritage Foundation (http://www.heritage.org/) (anglais). The Power and Interest News Report (PINR) (http://www.pinr.com/) (anglais), basé à Chicago, offre enfin régulièrement des analyses sur la Syrie, souvent en lien avec la question irakienne.

Le Middle East Intelligence Bulletin (MEIB) (http://www.meib.org/) (anglais), qui offrait régulièrement sur un ton très hostile à la Syrie, des informations sur le pays, n’est plus actif depuis 2004. Il était publié conjointement par deux think tanks, l'United States Committee for a Free Lebanon (http://www.freelebanon.org/) (anglais), militant pour un alignement ferme du Liban aux USA, et par le Middle East Forum (http://www.meforum.org/) (anglais), visant à promouvoir les intérêts américains au Moyen-Orient.

Le Middle East Report Online (MERO) (http://www.merip.org/mero/mero.html) (anglais), publié par le Middle East Research and Information Project de Washington, ne propose pas d’entrée d’index spécifique sur la Syrie, mais on trouvera les analyses consacrées à ce pays sous les entrées “ Israel and Lebanon/Syria ” et “ Lebanon and Syria ”. C’est aussi sous l’entrée associée “ Lebanon/Syria ” que le Middle East Media Reseach Institute (MEMRI) (http://memri.org/syria.html) (anglais), groupement pro-israélien basé à Washington, traite de la Syrie. On trouvera enfin quelques analyses en lien avec la situation au Liban sur le site de l’American Enterprise Institut for Public Policy Research (http://www.aei.org/) (anglais), un think tank s’affichant non partisan basé à Washington.

L’International Crisis Group (ICG) (http://www.crisisgroup.org/home/) (anglais), groupe indépendant dont le siège est à Bruxelles, dispose de deux bureaux au Moyen-Orient, à Amman et au Caire. Il est assez disert concernant la Syrie et propose notamment trois rapports récents sur le pays.

Le site animé par le Centre culturel syrien de Montréal, Créativesyria.com, déjà signalé pour sa base photographique, abrite également ce qui est appelé un “ syrian think tank ” (http://www.creativesyria.com/discussion/thinktank.php) (anglais). Chaque semaine, un thème à débattre concernant la Syrie, tant dans ses affaires intérieures que par rapport à son environnement géopolitique, est soumis à une dizaine de spécialistes de la Syrie invités à proposer des analyses en réponse, lesquelles sont soumise à un forum de discussion.



  • Portails et annuaires de sites internet
  • Documents de référence
  • Ressources académiques et centres de recherche
  • Les think tanks