Fanny Lafourcade, Guide d’Irak-sur-Web Deuxième édition (26 novembre 2006)


Irak : les organisations et la communauté internationale

Représentations diplomatiques et gouvernements étrangers

La Sultat al-I’tilâf al-Mu’aqqata (Autorité provisoire de la coalition, Coalition Provisional Authority) (http://www.cpa-iraq.org/) (anglais, arabe) a officiellement gouverné l'Irak jusqu'au 28 juin 2004, date à laquelle le pouvoir a été transféré à un gouvernement irakien provisoire; le site a cessé d'être alimenté à cette date. L'Autorité provisoire de la coalition s'est alors muée en ambassade américaine à Bagdad (http://iraq.usembassy.gov/) (anglais), qui est toujours située au cœur de la "zone verte" à Bagdad. Le site Internet de l'ambassade, très complet, résume les principaux projets menés par l'administration américaine en Irak. D'autre part, le département d'Etat tient à jour une page "Iraq Update" (http://usinfo.state.gov/mena/middle_east_north_africa/iraq.html) (anglais). La page "Iraq" (http://www.buyusa.gov/iraq/en/) (anglais, arabe) du département du Commerce américain est destinée aux entreprises américaines mais aussi aux entreprises irakiennes. Enfin, USAID (Agence des Etats-Unis pour le développement international, United States Agency for International Development) (http://www.usaid.gov/) (anglais), l'agence de développement du gouvernement américain, détaille ses nombreux projets sur la page "Assistance for Iraq" (http://www.usaid.gov/iraq/) (anglais, arabe).

L'ambassade de Grande-Bretagne en Irak (http://www.britishembassy.gov.uk/servlet/Front?pagename= OpenMarket/Xcelerate/ShowPage&c=Page&cid=1052839095607) (anglais, arabe) est située également dans la "zone verte". Le Foreign & Commonwealth Office (http://www.fco.gov.uk/servlet/Front?pagename= OpenMarket/Xcelerate/ShowPage&c=Page&cid=1007029390554) (anglais) a également une page "Iraq" (http://www.fco.gov.uk/servlet/Front?pagename=OpenMarket/ Xcelerate/ShowPage&c=Page&cid=1007029394374) (anglais), tout comme DFID (Département pour le développement international, Department for International Development) (http://www.dfid.gov.uk/countries/asia/iraq.asp) (anglais), l'agence gouvernementale britannique de développement.

Le site de l'ambassade d'Australie à Bagdad (http://www.iraq.embassy.gov.au/) (anglais, arabe) est plutôt destiné aux Irakiens qui souhaitent des renseignements sur les visas pour l'Australie. L'ambassade d'Allemagne à Bagdad (http://www.bagdad.diplo.de/Vertretung/bagdad/en/Startseite.html) (anglais, allemand) a un site Internet sur lequel il est néanmoins précisé que l'ambassade est fermée au public.

Les autres gouvernements sont peu représentés sur le net, soit qu'ils ne disposent pas de représentation diplomatique en Irak, soit qu'ils n'aient pas de site Internet (comme l'ambassade de France). La fiche pays "Conseils aux voyageurs : Iraq"  (http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs_909/pays_12191/irak_12261/index.html) (français) du ministère des Affaires Etrangères français donne quelques éléments d'analyse de la situation et des démarches à effectuer pour les ressortissants français souhaitant s'y rendre. La page "Foreign Embassies and Consulates Directories in Iraq" (http://www.embassiesabroad.com/embassies-in/Iraq.cfm#1483) (anglais) du site goabroad.com liste les représentations diplomatiques présentes à Bagdad et donne leurs coordonnées.

D'autre part, la Délégation européenne à Bagdad, qui est localisée dans la "zone verte", n'a pas de site Internet à proprement parler, mais celui de la Commission européenne (http://ec.europa.eu/index_en.htm) (anglais) propose un dossier sur "The EU's relations with Iraq" (les relations de l'Union Européenne avec l'Irak) (http://ec.europa.eu/comm/external_relations/iraq/intro/index.htm) (anglais) ainsi qu'un dossier sur les activités d'ECHO (http://ec.europa.eu/echo/index_en.htm) (anglais), l'agence humanitaire européenne, en Irak, "Iraq : from humanitarian aid to reconstruction" (Irak : de l'aide humanitaire à la reconstruction) (http://ec.europa.eu/echo/field/iraq/index_en.htm) (anglais).

Les forces multinationales en Irak

Les Forces Multinationales en Irak ont un site Web accessible à deux adresses : "Operation Iraqi Freedom" (http://www.cjtf7.army.mil/) (anglais, arabe) et "Operation Iraqi Freedom" (http://www.mnf-iraq.com/) (anglais, arabe). Les pays membres de la coalition militaire en Irak ont, d'autre part, des sites Internet dispensant des informations sur leurs troupes présentes en Irak.

Les Etats-Unis

Le US Central Command (commandement central américain, basé au Qatar) ou Centcom (http://www.centcom.mil/sites/uscentcom1/default.aspx) (anglais) publie sur son site des informations concernant l'ensemble des troupes américaines déployées dans le monde : Afghanistan, Irak, Kenya, etc. Par ailleurs, le site "Defend America" (http://www.defendamerica.mil/) (anglais) traite plus particulièrement des troupes déployées dans le cadre de la Global War on Terror ou GWOT (guerre globale contre le terrorisme). Le site globalsecurity.org tient régulièrement à jour un dossier sur le déploiement des troupes américaines en Irak, "Iraq – US Forces Order of Battle" (http://www.globalsecurity.org/military/ops/iraq_orbat.htm) (anglais).

Plusieurs sites sont dédiés aux soldats américains morts en Irak : celui du département de la Défense "Honor the Warriors" (http://www.defendamerica.mil/fallen.html ) (anglais) ou encore la page des communiqués de presse du département de la Défense où la mort des soldats est annoncée, "News Releases" (http://www.defenselink.mil/releases/) (anglais). Du côté des sites non-officiels : "Honor the Fallen" (http://www.militarycity.com/valor/honor.html) (anglais); la page spéciale de CNN "Forces : US & Coalition / Casualties" (http://edition.cnn.com/SPECIALS/2003/iraq/forces/casualties/) (anglais); la page spéciale de newsday.com "List of US soldiers killed in Iraq" (http://www.newsday.com/news/nationworld/world/ny-casualties,0,3625607. story?coll=ny-top-headlines) (anglais); "Dissident Voice" (http://www.dissidentvoice.org/DeRooij_Iraq-Coalition-Toll.htm) (anglais); le très complet "Iraq Coalition Casualties" (http://icasualties.org/oif/) (anglais), qui tient à jour également la liste des blessés; "Faces of the Fallen" (http://projects.washingtonpost.com/fallen/) (anglais) du Washington Post compile les photos et renseignements biographiques des soldats américains morts en Irak; "Memory Hole" (http://www.thememoryhole.org/war/wounded/gallery.htm ) (anglais) publie les images, très dures, des soldats blessés américains en Irak et en Afghanistan. Le projet "Iraq War Coalition Fatalities" (http://www.obleek.com/iraq/index.html) (anglais) permet de visualiser, sur une carte de l'Irak animée, les pertes de la coalition en Irak.

Les autres membres de la coalition

Le site globalsecurity.org tient régulièrement à jour un dossier sur les membres non-américains de la coalition militaire en Irak, "Iraq Coalition – Non US Forces in Iraq" (http://www.globalsecurity.org/military/ops/iraq_orbat_coalition.htm) (anglais). Les Britanniques ont par ailleurs une page consacrée aux soldats tombés en Irak  : "Operations in Iraq : British Fatalities" (http://www.mod.uk/DefenceInternet/FactSheets/OperationsFactsheets/ OperationsInIraqBritishFatalities.htm) (anglais).

Les entreprises étrangères présentes en Irak

Une liste des entreprises étrangères enregistrées auprès de l'Iraq Development Program (http://www.iraqdevelopmentprogram.org/) (anglais) est disponible sur Iraq Suppliers. A-Z Companies Index (http://www.iraqsupplier.com/docs/atoz/coindex.htm) (anglais).

En ce qui concerne les entreprises américaines ayant obtenu des contrats en Irak, le site Public Integrity (http://www.publicintegrity.org/wow/) (anglais) tient à jour une liste des contractants américains en Irak (http://www.publicintegrity.org/wow/bio.aspx?act=pro&fil=IQ) (anglais) qui détaille, pour chaque entreprise, la nature du contrat obtenu, son montant et l'institution avec laquelle le contrat a été passé département de la défense américain, USAID, département d'Etat). Bechtel (http://www.bechtel.com/iraq.htm) (anglais), par exemple, a passé contrat avec l'USAID pour reconstruire des infrastructures en Irak. Le site comprend uniquement, néanmoins, les entreprises qui ont passé contrat avec le gouvernement américain.

Les organisations internationales en Irak

La Commission spéciale des Nations Unies ou UNSCOM (United Nations Special Commission) (http://www.un.org/Depts/unscom/) (anglais), chargée jusqu'en 1999 du désarmement irakien, a été remplacée, avec la résolution 1284, par la Commission de contrôle, de vérification et d'inspection des Nations Unies ou COCOVINU (United Nations Monitoring, Verification and Inspection Commission, UNMOVIC) (http://www.unmovic.org/) (anglais, français, arabe, russe, chinois, espagnol). Après la guerre de 2003, la résolution 1483 annonce la création de la Mission des Nations Unies en Irak ou MANUI (United Nations Assistance Mission for Iraq, UNAMI) (http://www.uniraq.org/) (anglais, arabe, kurde).

La plupart des agences des Nations Unies ont un bureau Irak, souvent situé à Amman en Jordanie pour des raisons de sécurité. C'est le cas notamment du Programme des Nations Unies pour le développement ou PNUD (United Nations Development Program, UNDP) (http://www.iq.undp.org/) (anglais), du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés ou HCR (United Nations High Commissioner for Refugees, UNHCR) (http://www.unhcr.ch/cgi-bin/texis/vtx/iraq?page=home) (anglais), de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture ou UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization) (http://portal.unesco.org/en/ev.php-URL_ID=11178&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html) (anglais, français), du Fond des Nations Unies pour l'enfance ou UNICEF (United Nations Children's Fund) (http://www.unicef.org/emerg/iraq/index.html) (anglais, arabe, français, espagnol), et de l'Organisation mondiale de la santé ou OMS (World Health Organization, WHO) (http://www.who.int/countries/irq/en/) (anglais, arabe, chinois, français, espagnol, russe).

Les grandes organisations internationales travaillent également en Irak, même si leurs bureaux sont aussi souvent en Jordanie et leur capacité d'action sur le terrain irakien, limitée par la sécurité, comme l'Organisation internationale pour les Migrations ou OIM (International Organization for Migrations, IOM) (http://www.iom-iraq.net/) (anglais, arabe) et le Comité international de la Croix-Rouge ou CICR (International Red Cross Committee, ICRC) (http://www.icrc.org/Web/Eng/siteeng0.nsf/htmlall/special_iraq) (anglais, arabe, français, espagnol, portugais, russe, chinois), l'Agence internationale de l'énergie atomique ou AIEA (International Atomic Energy Agency, IAEA) (http://www.iaea.org/OurWork/SV/Invo/index.html) (anglais), la Banque Mondiale (the World Bank) (http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/COUNTRIES/MENAEXT/IRAQEXTN/0,, menuPK :313111~pagePK :141159~piPK :141110~theSitePK :313105,00.html) (anglais, français), et le Fond monétaire international ou FMI (International Monetary Fund, IMF) (http://www.imf.org/external/country/IRQ/index.htm) (anglais).

Les Nations Unies et la Banque Mondiale gèrent, par ailleurs, le Fond international de reconstruction pour l'Irak ou FIRI (International Reconstruction Fund for Iraq, IRFFI) (http://www.irffi.org/WBSITE/EXTERNAL/IRFFI/0,,menuPK :64168276~ pagePK:64168245~piPK:64168275~theSitePK:491458,00.html) (anglais), qui centralise les donations pour la reconstruction de l'Irak. Le 'Aqad al-Duwalî ma'a l-'Irâq (le Compact international avec l'Irak, the International Compact with Iraq) (http://www.iraqcompact.org/default.asp) a été crée récemment à l'initiative du gouvernement irakien et en partenariat avec la Banque Mondiale et les Nations Unies afin de renouveler les fonds internationaux en faveur de la "Reconstruction" de l'Irak

Les "non-profit", l'assistance humanitaire et les activistes anti-war

Les "non-profit" américaines

Plusieurs grandes "non-profit" (organisations à but non lucratif) américaines ont passé contrat avec USAID; elles sont surtout actives dans le domaine de la démocratisation, comme le Research Triangle Institute (http://www.rti.org/page.cfm?nav=369&objectid=91AD4ED9-F623- 4C93-8CCF98BA9F7C82F5) (anglais), le National Democratic Institute (http://www.ndi.org/worldwide/mena/iraq/iraq.asp) (anglais), et l'International Republican Institute (http://www.iri.org/mena/iraq.asp) (anglais). CHF International (http://www.chfinternational.org/section/iraq) (anglais) met en œuvre des programmes de micro-crédits.

L'assistance humanitaire (santé, éducation, droits de l'homme)

La plupart des organisations non gouvernementales internationales humanitaires qui travaillent en Irak se sont regroupées au sein du NGOs Coordination Committee in Iraq ou NCCI (http://www.ncciraq.org/sommaire.php3) (anglais), dont près de 200 organisations non gouvernementales irakiennes sont également membres. La mission du NCCI est essentiellement une mission de coordination des activités humanitaires, mais aussi de formation et de plaidoyer (advocacy). Après le départ de Médecins sans Frontières en 2004, et le désengagement financier d'ECHO (agence humanitaire européenne) en 2005, les organisations non gouvernementales suivantes tentent, tant bien que mal, de maintenir leurs projets sur le terrain : Première Urgence (http://www.premiere-urgence.org/Missions/Irak-cadre.htm) (français), EMDH (http://www.emdh.org/emdh/html/missions_inter/page_mission.php?pays=irak) (français), MPDL (http://www.mpdl.org/), CAM (http://www.cam-fr.org/rubrique12136.html) (français), ICS (http://www.icsitalia.org/index.php?module=htmlpages&func=display&pid=58) (italien), Intersos (http://www.intersos.org/arch_iraq.htm) (italien), DRC (http://www.drc.dk/Iraq.2610.0.html) (anglais, danois), Un punte per… (http://www.unponteper.it/baghdad/) (italien), Caritas (http://www.caritas-int.be/fr/aide_etranger/iraq.html) (français), Ockenden (http://www.ockenden.org.uk/index.asp?id=947), Médecins du Monde (http://www.mdm-international.org/international/pages/actualiteIrak.htm), Oxfam (http://www.oxfam.org.uk/what_we_do/where_we_work/iraq/) (anglais).

Les grandes organisations de défense des droits de l'homme publient régulièrement des rapports sur la situation en Irak, disponibles sur la page "Iraq : People Come First" (http://web.amnesty.org/pages/irq-index-eng) (anglais, arabe, français, espagnol) d'Amnesty International (http://www.amnesty.org/) (anglais, arabe, français, espagnol) et sur le site  d'Human Rights Watch (http://www.hrw.org/doc?t=mideast&c=iraq) (anglais). 

Activistes anti-war et anti-occupation

Dans la nébuleuse des activistes anti-war et anti-occupation principalement basés aux Etats-Unis, plusieurs ont acquis une certaines notoriété et sont devenus des relais d'opinion non négligeables. Ils ont, pour la plupart, une section "informations" où ils tâchent de répercuter les informations qu'ils estiment ne pas être relayées par les grands médias. C'est le cas, notamment, d'Aswât fî-l-Barriyya (Voix dans le désert, Voices in the Wilderness) (http://vitw.org/) (anglais), qui est à l'origine un groupe d'activistes américains contre l'embargo en Irak, créé en 1996. Farouchement opposé à la guerre, le collectif s'attache aujourd'hui à dénoncer l'occupation. L'internaute y trouvera l'expression d'un point de vue très engagé, ainsi que des reportages et photos inédits. Le "World Tribunal on Iraq" (http://www.worldtribunal.org/main/?b=1) est un réseau d'activistes (Attac en fait partie), personnalités et journalistes indépendants (comme Dahr Jamail), créé à la veille de la guerre contre l'Irak afin de dénoncer l'illégalité de celle-ci au regard du droit international. Plusieurs groupes de réflexion travaillent sur des questions comme les crimes de guerre, le rôle des médias, la légalité de la guerre, etc. Le WTI se réunit occasionnellement pour des séminaires et conférences. Le site de l'Iraq Action Coalition (http://iraqaction.org/) se présente comme une plate-forme d'informations au service des activistes anti-guerre et anti-occupation et des initiatives "alternatives", comme l'American Friends Service Committee, Voices in the Wilderness, Electronic Iraq, etc.

 



Représentations diplomatiques et gouvernements étrangers

Les forces multinationales en Irak

Les entreprises étrangères en Irak

Les organisations internationales en Irak

Les "non-profit", l'assistance humanitaire et les activistes anti-war